Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
» C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)
Aujourd'hui à 21:22 par otosan

» Un armistice trop précoce ?
Aujourd'hui à 18:16 par bretivert

» Les BOUGIES saison 10
Aujourd'hui à 18:12 par anchorage

» éphéméride 13 Novembre
Hier à 22:25 par la Géline

» un 11 novembre
Hier à 21:54 par Invité

» recherche insigne du 1°RPIMa
Hier à 17:04 par Invité

» Témoignage de Christian BERNACHOT: Comment j'ai créé "La Prière de l'E.M.I.A."
Hier à 12:09 par LANG

» Chronique de la Guerre d'Algérie
Hier à 11:13 par Vent du sud

» éphéméride 11 Novembre
Sam 10 Nov 2018 - 22:22 par la Géline

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


11 janvier

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

10012017

Message 

11 janvier




Le 11 janvier c'est la Saint Paulin.



Bon anniversaire aux paras et sympathisants nés un 11 janvier.

_________________

seule la mission compte
avatar
béret bleu
6eme RG

Messages : 335
Points : 29120
Date d'inscription : 25/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

11 janvier :: Commentaires

avatar

Message le Mer 11 Jan 2017 - 0:00 par béret bleu

Le 11 janvier 1923, 60.000 soldats français et belges pénètrent dans le bassin de la Ruhr, en Allemagne.

Ces troupes qui occupaient la Rhénanie allemande depuis la fin de la Grande Guerre étendent ainsi leur zone d'occupation. Elles agissent sur ordre du président du Conseil français Raymond Poincaré. Leur mouvement inaugure pour les Allemands l'« année inhumaine ».

60.000 soldats français et belges pénètrent dans le bassin de la Ruhr pour obliger l'Allemagne à verser les réparations de guerre inscrites dans le traité de Versailles.

Le chancelier allemand Wilhelm Cuno proteste et appelle ses concitoyens à la « résistance passive ». Il s'ensuit une dévaluation massive du mark et des troubles politiques. L'année 1923 aura mérité d'être qualifiée par les Allemands d'« année inhumaine »...



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 11 Jan 2017 - 10:03 par charly71

Merci bleu ciel, pour la Saint Paulin (hum, le bon fromage...)
et le 11 janvier 1923... que j'ignorais.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 11 Jan 2017 - 17:40 par Lothy

11 janvier 1952... décès de Jean de LATTRE DE TASSIGNY.
Celui que l'on appelait "le roi Jean" s'est éteint à 62 ans... biographie ici

Un grand serviteur de l'Etat et un grand soldat disparaissent. Georges BIDAULT, alors Vice Président du Conseil et Ministre de la Défense prononça ces mots lors de l'hommage funèbre du Maréchal de LATTRE (à titre posthume) : " vous vous souviendrez qu'il fut grand parce qu'il savait servir, qu'il sut commander parce qu'il savait aimer, qu'il sut vaincre parce qu'il savait oser. Le nom de Jean de Lattre de Tassigny appartient à l'Histoire et sa légende, au drapeau ".


Après des obsèques nationales à Paris, sa dépouille fut transférée à Mouilleron en Pareds (Vendée) où il repose aux côtés de son fils, rejoint depuis par son épouse.... A quelques mètres de cette sépulture, celle de Clémenceau....

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 12 Jan 2017 - 8:18 par charly71

Merci de ce rappel Lothy, oui, pour de vrai, il fut un grand

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 11 Jan 2018 - 8:02 par la Géline

Mali : 11 janvier 2013 opération serval

Suite à la progression des djihadistes et bandits armés vers le sud de notre pays, l’appel de nos dirigeants a donné mandat à l’intervention des troupes françaises.
Cette action a stoppé net l’offensive des terroristes et ouvert la voie à la libération de la partie nord de notre pays. Par ce geste, Paris répondait à un appel du président de la République par intérim Dioncounda Traoré.

Cette force française devenue par la suite la Barkhane, même si elle ne fait pas totalement bonne presse, a eu à sauver notre pays de tomber intégralement dans les mains de l’ennemi. Rappelons qu’il y a juste quatre ans, notre pays retrouvait, grâce à l’intervention de l’armée française, l’espoir de revivre à nouveau parmi les nations libres, démocratiques et souveraines. La France a lancé l’opération Serval dans la nuit du 10 au 11 janvier 2013 pour stopper les combattants terroristes qui avaient pris d’assaut les localités de Konna et Diabaly et qui s’apprêtaient à lancer une offensive vers la capitale Bamako.
L’intervention française fut nécessaire parce que l’armée nationale presque inexistante était en déroute. Les Fama ne pouvaient contenir les assauts des troupes terroristes plus organisés et dotés d’armements plus sophistiqués. Ces difficultés de notre armée ont été révélées dès les premiers affrontements avec la coalition des indépendantistes et des terroristes au début de l’année 2012 dans l’extrême nord-est du pays.
Les assaillants ont commencé à occuper une à une les grandes villes du nord (Kidal, Tombouctou et surtout Gao). Avec la bénédiction du coup d’État du 22 mars 2012 qui a bouleversé la chaîne du commandement militaire, le pays était à genoux.
Pendant que la junte dirigée par Amadou Haya Sanogo s’installait au pouvoir à Bamako, le MNLA proclamait à Gao l’indépendance de « l’Azawad » le 6 avril 2012. Une proclamation rejetée par la communauté internationale. Le mouvement rebelle sera ensuite chassé de la cité des Askia par ses alliés d’alors, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), Ansardine d’Iyad Ag Aghaly, ou encore Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).
Pendant que le Mali et ses partenaires extérieurs exploraient les voies et moyens d’une intervention militaire, les colonnes terroristes ont estimé pouvoir les prendre de vitesse en lançant une offensive d’envergure sur les positions de l’armée à Konna et à Diabaly. Elles ont réussi à prendre ces localités après des combats très violents.
La France a alors décidé de répondre favorablement à l’appel du président Dioncounda Traoré. Le 11 janvier, les premières frappes (tôt le matin) de deux hélicoptères de l’armée malienne puis des hélicoptères (en début d’après-midi) et de l’aviation de l’armée française ont provoqué la débandade dans les rangs des terroristes qui occupaient alors Konna. Au cours de ces opérations, le pilote d’hélicoptère Damien Boiteux sera le premier militaire français de Serval à trouver la mort. Deux jours plus tard, les troupes terroristes présentes dans la ville de Diabaly étaient chassées grâce aux bombardements des avions français.
Paris décidait, dans la foulée, d’envoyer des troupes au sol pour appuyer nos soldats. Ces différentes forces, dans des actions coordonnées, ont libéré les 3 grandes villes du nord. Gao fut libérée le 26 janvier 2013 et Tombouctou le 28 janvier tandis que Serval prenait position à Kidal le 29 janvier. Entre-temps, le 17 janvier voyait le début du déploiement des bataillons terrestres du Togo, du Burkina et du Nigeria tandis que le Niger attendait le feu vert pour attaquer à partir de son territoire.
Décimés et désorganisés par l’opération Serval, les terroristes ont renoncé à leurs prétentions d’occupation territoriale. Mais ils continuent de mener des actions asymétriques avec des kamikazes ou des petits groupes de combattants, notamment les 8, 9 et 11 février à Gao.
La guerre de reconquête achevée, la France lance le 1er août 2014, l’opération Barkhane qui couvre toute la zone sahélo-saharienne dans le cadre de lutte anti-terroriste.



Dramane Coulibaly


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum