le gaz moutarde

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

14122017

Message 

le gaz moutarde




Dans la nuit du 12 au 13 juillet 1917, dans le secteur d’Ypres en Belgique, la guerre chimique franchit un nouveau cap. L’artillerie allemande envoie des obus particuliers vers les lignes ennemies.

Ils explosent silencieusement et répandent sur les positions des troupes britanniques un gaz incolore. Sur le moment, les soldats ne ressentent rien de plus qu’une légère odeur piquante de moutarde.



Mais au lever du jour, ils sont victimes de douleurs insoutenables, d’irritations des voies respiratoires, de cloques et de brûlures sur tout le corps.

Pour faire face à la menace que représente l’ypérite, un seul moyen de protection : le masque à gaz
Il s’agit de la première attaque au gaz moutarde, un gaz composé de sulfure d’éthyle dichloré. Cette nuit de juillet 1917, l’ypérite (son autre nom en référence à la ville d’Ypres) a intoxiqué 14 000 hommes, dont 500 ont succombé. Ce gaz vésicant, quand il ne tue pas, s’attaque aux yeux, à la peau et aux poumons, entraînant des séquelles irréversibles pour la santé.  

Près de 200 tonnes d’ypérite furent produites en un peu plus d’un an. En quelques mois, le rythme de production des Alliés dépassa largement celui des Allemands. En 1925, sous la pression de l’opinion, le protocole de Genève fut signé, interdisant « l’emploi à la guerre de gaz asphyxiants, toxiques ou similaires et de moyens bactériologiques ».

Cela n’empêchera pourtant pas son utilisation lors de conflits ultérieurs (dans les années 80 lors de la guerre Iran-Irak et plus récemment en Irak et en Syrie où Daesh en aurait fabriqué et fait usage).



Ministère de la Défence
avatar
PDL
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum