Le colonel Jean-Louis Charbonnier

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

27122017

Message 

Le colonel Jean-Louis Charbonnier




Le colonel Jean-Louis Charbonnier se rappelle en détail tous les événements auxquels il a participé.


Ici le CNE CHARBONNIER

Né à Lourouer-Saint-Laurent, en février 1924, Jean-Louis Charbonnier s'engage en septembre 1942 au 41e Régiment d'infanterie (RI) coloniale basé à Bizerte, en Tunisie. Les départs pour l'Afrique du Nord étant limités, il se retrouve au 27e RI, au Blanc. Début 1943, toujours dans l'impossibilité de passer en Afrique du Nord, la Standard des pétroles le récupère pour faire du charbon de bois jusqu'au débarquement à la forêt d'Amboise. Il revient dès le 6 juin 1944, au 1er Bataillon du groupe Indre-Est, où il participe aux combats de La Grande Alphare et à Brion.
En novembre, il se retrouve au Blanc pour la formation du 5e Bataillon de chasseurs et début janvier, part en Alsace pour la bataille de Colmar, par – 25 ° ; puis il part à Saint-Nazaire pour terminer la guerre.

Du Maroc à l'Indochine
« Nous avons embarqué pour l'Algérie. Arrivés à Oran, nous sentions que le conflit couvait. Désigné pour aller à l'école militaire de Cherchell, j'ai préparé le concours d'entrée à l'école de Saint-Cyr - Coëtquidan ; je suis devenu sous-lieutenant en mai 1947. J'ai intégré l'école EAI en mai 1949, à Pau, et je me suis porté volontaire pour passer le brevet de parachutiste »,souligne Jean-Louis Charbonnier.
En juin, il rejoint le 1er Régiment tirailleur algérien. « Fin 1950, je me suis retrouvé au Maroc, au 6e RT marocain, puis en janvier 1951, embarquement pour l'Indochine pour me retrouver au Tonkin, au 1e rBataillon du 3 e Régiment des tirailleurs marocains.
J'ai été affecté en Algérie en septembre 1953, puis en Allemagne, au 24e Bataillon de chasseurs, de septembre 1958 à février 1960 et jusqu'en juillet 1962, en Algérie au bataillon de Corée. »

Rentré en novembre, Jean-Louis Charbonnier obtient différentes affectations et commande un centre d'enseignement commando. Il a terminé sa carrière à Lyon, comme commandant des moyens régionaux de la 5 eRégion militaire. Il a instruit 220 officiers de réserve à l'école de Cherchell.
Sa carrière s'est achevée en octobre 1977, avec la remise des galons de colonel. Il est venu vivre à La Châtre avec son épouse, Marie-Louise, en août 1979, où il a consacré beaucoup de son temps dans le milieu associatif, bénévole aux Rencontres de luthiers, président du Souvenir français, vice-président Rhin-Danube et du 5 eBataillon de chasseurs, vice-président départemental de la Légion d'honneur.



Les distinctions reçues par Jean-Louis Charbonnier.
Six citations au cours de sa carrière ; Légion d'honneur en juillet 1954, à titre exceptionnel, pour faits de guerre ; officier de la Légion d'honneur en 1975 ; Croix de guerre TOE ; croix de la valeur militaire ; croix du combattant volontaire 1939-1945 ; médaille des blessés ; médaille d'argent de la Jeunesse et des Sports.

Cor. NR : Évelyne Caron.


NDLR
Décès du Colonel Jean-Louis CHARBONNIER Survenu le 13 novembre 2017

Capitaine au Bataillon de Corée

Cdt la 5ème Cie à Montcalm

Officier OPS à l'EMT1

En Algérie du1/4/1960 au 1/11/1962

_________________
jamais je ne renierai les miens
avatar
rangers
MODERATEUR
MODERATEUR

Messages : 471
Points : 26627
Date d'inscription : 28/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum