La révolte des Mercenaires contre Mobutu en 1967

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

28032018

Message 

La révolte des Mercenaires contre Mobutu en 1967




Durant l’été 1967, la presse internationale suit les rebondissements des événements militaires en République Démocratique du Congo (RDC) : les combattants de Bob Denard ou Jean Schramme se soulèvent contre leur employeur, le général et président Mobutu.



Ils tiennent tête pendant plusieurs mois à l’Armée Nationale Congolaise (ANC) dans la région de Bukavu. Depuis son indépendance en 1960, l’ancien Congo belge est un laboratoire de nouvelles pratiques militaires avec la renaissance du phénomène du mercenariat. Dès 1960, la sécession du Katanga marque l’irruption sur la scène géopolitique des « Affreux ». Engagés au Katanga au service des intérêts miniers belges, les mercenaires se lient au président de la province séparatiste, Moïse Tshombé.

Après ce premier épisode, les « Affreux » sont de retour en RDC en 1964. Cette fois-ci, ils sont au service du pouvoir central où Moïse Tshombé occupe la place de premier ministre. L’année suivante, le général Mobutu prend le pouvoir par coup d’Etat et conserve les étrangers pour encadrer l’ANC. Deux ans plus tard, ils se retournent contre lui.

Ces « volontaires étrangers » sont principalement issus de trois unités. La première est le 5e commando (5ecodo) dirigé par Mike Hoare ; la seconde, le 6e Bataillon Commando Etranger (6e B.C.E.), est placée sous les ordres de Bob Denard ; la troisième est le 10e Codo dont le Belge Jean Schramme assure le commandement. Apparemment mineure, la révolte des « Affreux » en 1967 est, en réalité, révélatrice de nombreuses mutations.

A l’issue de ces événements, Bob Denard s’impose comme la principale figure du milieu mercenaire en Afrique. Il incarne jusqu’à la fin des années 1980 (voire jusqu’en 1995 avec la tentative de retour aux Comores) le mercenariat français et européen.
A la lumière de l’étude de la révolte de 1967, il s’agit ici de comprendre et d’analyser les mutations des pratiques combattantes et de la géopolitique incarnées par les mercenaires.

Leur action a été considérée comme suffisamment sensible pour qu’à la suite de ces événements et de la guerre au Biafra, l’OUA cherche à règlementer leur utilisation. L’organisation panafricaine édicte en 1972 le premier texte international sur le sujet, la Convention pour l’élimination des mercenaires en Afrique.

Organisation d’un nouveau groupe de combattants dans les conflits post-coloniaux  
           La sécession du Katanga et le recrutement des « Affreux » est un événement fondateur dans l’emploi de mercenaires dans l’Afrique post-coloniale. Elle met en lumière quelques grands chefs irréguliers.
Anciens officiers supérieurs de l’armée française, Roger Trinquier et Roger Faulques sont trop liés à leur institution d’origine et n’agissent que sur ordre secret de Paris.
Tony de Saint Paul meurt au Yémen en 1963. Après cette date, seules se dégagent trois grandes figures : Mike Hoare, Jean Schramme et Bob Denard. Inconsciemment ou non, ils sont en compétition sur ce « marché » nouveau du mercenariat. Les éléments anglophones s’effacent les premiers de la scène zaïroise.

Dirigés par Mike Hoare, les 300 hommes environ du 5e codo ont très bonne réputation et font figure de groupe d’élite parmi les unités étrangères. Pourtant, leur commandant retourne à la vie civile en Afrique du sud. Ensuite, le 5e codo est écarté des opérations les plus décisives. Essentiellement composée de Sud-Africains, le groupe a toujours opéré séparément des autres étrangers et de l’ANC « puisqu’ils [les hommes du 5e codo] sont par définition racistes[1]. » Au contraire, les 6e et 10e codo servent à encadrer l’armée congolaise. En novembre 1964, les 500 « volontaires étrangers » reprennent le contrôle de Stanleyville (Kisangani) face à la guérilla. Par petits groupes de 3, 5, 10 ou 20, Belges et Français encadrent des régiments de l’ANC sur tout le territoire de la RDC.

L’échec de la révolte de 1967 marque la perte de crédibilité de Jean Schramme. Même s’il est grièvement blessé le 5 juillet au cours des combats et évacué vers la Rhodésie, Bob Denard s’impose désormais comme le principal chef mercenaire. En réalité, les événements de1967 sont l’aboutissement d’un processus qui se déroule entre 1964 et 1967.



Après le Katanga, les Belges sont les plus nombreux et surtout occupent les fonctions stratégiques. Peu à peu, c’est à Denard que sont confiées de nouvelles responsabilités, comme le montre le projet de Mobutu de mettre sur pied une brigade mixte volontaires étrangers-ANC. L’organisation du futur corps et son commandement sont attribués à Denard. Pour cela, le Français envoie en 1966 des agents de recrutement en Europe. Désormais, il élargit son cercle au-delà de l’Hexagone et même de la Belgique.
Au delà du cas personnel de Denard, les Français du 6e B.C.E. s’imposent progressivement aux dépens des Belges.

Ainsi, la concurrence entre mercenaires belges et français entraîne de fréquentes tensions. Le colonel Wauthier, qui prend la tête d’une révolte des Katangais en 1966, n’hésite pas l’année précédente, à protester de l’avancement donné au Français Bob Denard : « J’apprends avec stupeur la nomination au grade de major du commandant Denard (…). Il me répugne de critiquer un collègue mais il serait naïf de ne pas vous faire remarquer que le nouveau promu, quartier-maître de son armée d’origine, est à votre service depuis quatre mois et bénéficie déjà de promotions qui nous furent refusées après sept mois de services tout aussi valables (…). Croyez bien, mon général, que  nous restons les Katangais et moi-même vos fidèles serviteurs malgré que ceux-ci ne savent plus non plus ce qu’est l’avancement suivant le mérite. »
Cette frustration de certains Belges et des Katangais est l’un des moteurs de leur insurrection à l’été 1966. Cette première révolte de mercenaires et des ex-gendarmes est appuyée par une petite partie du 6e B.C.E.

Finalement, elle assure la place dominante de Bob Denard. En effet, il résiste aux insurgés à Kisangani et empêche que le mouvement fasse tâche d’huile parmi les mercenaires étrangers. Dans un second temps, il assure l’écrasement des insurgés et fait ainsi preuve de sa fidélité à Mobutu.
Il en reçoit des marques de gratitudes.  Denard démontre ainsi sa volonté de répondre au contrat qu’il a rempli avec ses employeurs. Il comprend que le signal peut être reçu par d’autres commanditaires potentiels. Le Français cherche donc à faire de ses hommes un modèle de troupe mercenaire par sa qualité militaire mais aussi sa capacité à remplir fidèlement la mission qui lui a été confiée : « Considérons-nous comme étant au service d’un patron, et quand on est au service d’un patron, celui-ci vous paie pour votre rendement, il faut lui apporter quelque chose ; sinon, il vous remercie. »

Denard réorganise le 6e B.C.E. et consacre plus particulièrement ses soins à la mise en place du corps d’élite, le « 1e choc » : « Dans un très prochain temps, ceux qui sont ici seront regroupés sous les ordres du capitaine Dulac en un 1e groupe de combat. » La nouvelle structuration du bataillon de Denard passe par une épuration et la disparition des mauvais comportements : « Tous les petits trafics, et je pourrais en citer pas mal car je suis bien informé, n’ont fait que nuire à l’esprit de solidarité et de camaraderie ; on a même vendu un revolver jusqu’à 100 000  francs, bien entendu s’il y a des pigeons tant pis pour eux mais dans ce domaine, il y beaucoup à dire. » De fait, dans la compétition entre les différents groupes, les faiblesses de certains mercenaires doivent servir aux autres à se distinguer. En 1967, après la reprise en main de son bataillon et la participation à la répression contre les Katangais révoltés, Bob Denard peut ainsi soigner son image auprès des institutions zaïroises et diffuser l’image qu’il souhaite se donner.

Incontestablement, l’une des raisons qui permet à Denard d’émerger de cette nébuleuse des « Affreux » de la première moitié des années 1960 est sa capacité à projeter l’image d’un groupe d’ « experts volontaires », et non d’irréguliers sans morale et uniquement soucieux de s’enrichir. Seul le 5e codo pouvait le concurrencer sur ce terrain mais la retraite de Mike Hoare a donné un avantage décisif à Denard. Jean Schramme demeure l’homme du Katanga, comme il en témoigne lui-même dans ses souvenirs à propos de la révolte de 1966 : « Il [Denard] a pris l’initiative d’ouvrir le feu sur les Katangais, ses anciens frères d’armes des années 1960-1962. Nous ne lui pardonnerons jamais. » En 1966-1967, le mercenaire français devient donc un élément central du dispositif militaire de Mobutu en R.D.C.

Les enjeux militaires et politiques en RDC

           Le général Mobutu a conscience qu’il ne peut faire reposer son fragile pouvoir sur l’ANC. Selon lui, l’armée régulière zaïroise n’est pas suffisamment fiable. Outre l’encadrement de l’ANC, les compétences des mercenaires s’élargissent à la gestion des territoires qui repassent sous le contrôle de l’autorité centrale par leur biais. Ils sont ainsi des acteurs majeurs du rétablissement administratif et économique. A Kisangani, Denard se pose en expert pour relancer la croissance économique dans la Province orientale.
Il insiste sur ce rôle de pilier de la reconstruction, au-delà des aspects militaires : « nous bâtissions des ponts, refaisions les routes, réimplantation de populations que la rébellion avait chassées dans la brousse (…). On ouvrait des dispensaires. Sur tout cela, j’ai des preuves irréfutables, (…). Le Dr Clause, un Américain, médecin personnel de Mobutu et les responsables de l’ « opération Survie » le savent bien. Ils préféraient nous envoyer les médicaments à nous, parce qu’ils savaient que nous ne les revendrions pas. Alors que je peux vous citer le cas d’un médecin d’Etat qui avait ouvert une clinique personnelle avec les médicaments destinés à l’hôpital civil de Kisangani. »

Depuis l’époque de la sécession du Katanga, le premier ministre Tshombé a établi des liens solides avec les mercenaires étrangers. Les Belges sont les principaux. Denard et les hommes du 6e B.C.E. sont également réputés tshombistes.
Cette nébuleuse politio-militaire tshombiste est considérée par Mobutu comme une menace contre son pouvoir. Revenu au pouvoir en 1964, Tshombé a fait appel aux anciens « Affreux » contre les provinces rebelles. Au moment où Bruxelles tente de trouver un compromis entre Kinshasa et les Simbas, des partisans de Pierre Mulele, ancien ministre de Lumumba, prennent les armes au Kwilu et proposent leur appui aux Simbas.
Tshombé est alors persuadé que le processus diplomatique doit céder la place à une solution militaire. Comme l’assistance technique belge tergiverse, il fait appel à Denard et Schramme.

Ainsi, le retour des mercenaires en RDC est associé à l’ancien président du Katanga et aux enjeux ethnico-politiques du pays. Au cours de l’année 1965, Mobutu joue habilement son propre jeu entre Tshombé et le président Kasa-Vubu.
Secrétaire d’Etat dans le gouvernement Lumumba à ses débuts, Mobutu se façonne ainsi une image de pacificateur intérieur entre les ethnies et les camps politiques en présence. Il devient l’unificateur d’un pays qui n’a jamais trouvé son équilibre depuis l’indépendance.

Toutefois, le coup d’Etat de Mobutu le 24 novembre 1965 ravive les inquiétudes katangaises. Peu auparavant, le 14 novembre, Moïse Tshombé avait été écarté du poste de premier ministre. En 1966, l’accusation de trahison portée par Mobutu contre lui oblige Tshombé à s’exiler à Madrid. Mobutu semble avoir réussi son opération. Il est désormais l’homme fort de la RDC et a sous ses ordres l’ancienne troupe de Tshombé (« Affreux » et Katangais). Dans les mois qui suivent, la révolte des anciens gendarmes traduit cependant le fossé qui existe entre l’ANC de Mobutu et eux. En revanche, elle montre la fidélité des « volontaires étrangers », Schramme et Denard les premiers, au pouvoir de Kinshasa.

En 1967, les provinces rebelles sont repassées sous le contrôle de Kinshasa et les Simbas sont ralliés à l’ANC. Les « volontaires étrangers » ont contribué à ramener l’ordre et le calme auprès des populations de ces provinces, comme en témoigne le rapport de l’ « opération Yangambi ». Denard y constate l’accueil favorable reçu au camp de travailleurs de Lusumbila : « notre service peut vous assurer que la décision de la population pour ralliement au gouvernement légal est due au manque de sympathie de la dite population envers les rebelles et aux différents sévices appliquées par les rebelles vis-à-vis de cette population. » Son unité a apporté de la nourriture et du matériel aux populations. La dictature de Mobutu accroît donc son emprise sur le pays.

Le chef d’Etat zaïrois pense pouvoir désormais se passer des étrangers. Il renonce au projet de brigade mixte ANC-mercenaires et se prépare même à liquider les troupes étrangères. Outre l’impression d’être suffisamment maître du pays pour les renvoyer, Mobutu se heurte à l’endettement croissant du pays et au coût que représentent les anciens « Affreux ».

En 1967, deux facteurs ponctuels expliquent la révolte des mercenaires et le choix de Denard de suivre le mouvement, contrairement à l’année précédente. La première raison est la volonté de Mobutu de fondre les anciens gendarmes katangais dans l’ANC à laquelle ils n’étaient pas intégrés. La seconde est l’enlèvement de Tshombé par Mobutu. Autour de Schramme et du 10e codo, les Katangais et les Belges restent proches des Tshombistes et préparent un coup contre le chef d’Etat de la RDC. Mobutu accuse Denard d’avoir également pris contact avec Tshombé quand celui-ci était encore à Madrid.

Le mercenaire français a toujours nié la véracité de ce rapprochement. Dans ses mémoires publiés, le commandant du 6e BCE justifie autrement son basculement dans le camp des conspirateurs. Selon lui, il sent que la France va lâcher Mobutu. Il pense que Foccart agit de sorte qu’il soit contraint de se soulever contre Mobutu. La révolte de 1967 comprend donc également une dimension géostratégique.

Enjeux géostratégiques au cœur de la Guerre Froide

           L’Afrique récemment décolonisée est un enjeu majeur entre le bloc de l’Ouest et celui de l’Est dans le contexte de la Guerre froide. Contre les guérillas communistes qui se développent en Angola, en Zambie ou en Rhodésie, les Etats-Unis estiment que la RDC constitue une base à partir de laquelle des opérations de soutien pourront être proposées aux régimes en place en lutte contre ces foyers de rébellions appuyées par l’Est.
C’est pourquoi les Américains ont apporté leur soutien au coup d’Etat du général Mobutu. Le nouvel gouvernant de la RDC est un homme-lige pour Washington.

A l’intérieur du bloc occidental, l’Afrique décolonisée est également un enjeu majeur pour les anciens colonisateurs. Le maintien de leur influence dans cette région du monde constitue l’espoir de sécuriser leur accès aux ressources et d’entretenir leur rang de puissance dans un monde en pleine réorganisation. Belges et Français sont en concurrence pour imposer leur influence dans cette région de l’Afrique. Denard reçoit l’appui des cellules Foccart.

C’est la prise de conscience des ambitions gaulliennes qui poussent Bruxelles à proposer son Assistance technique à la RDC en 1963 après un retrait brutal trois ans auparavant : « Lorsque le premier ministre Tshombé reprit le pouvoir au Congo, nous avons offert nos services comme volontaires et ce, avec approbation officieuse de la Sûreté.
Le but que nous avons voulu réaliser en constituant cette unité était, avant tout, de maintenir la grandeur belge (…). Constitué de nombreux étrangers, dont un nombre important de Français, le commandement reste belge jusqu’à présent, ce qui est capital pour notre pays (…).mais je sais que les Français font tout pour éliminer à certains postes de commande tout ce qui est Belge.
Les mêmes personnages français qui ont remplacé les Belges au Katanga faisant tant de tort à la Belgique réapparaissent sur la scène[18]. » Malgré les récriminations des Belges, le basculement de l’influence prépondérante des Belges vers les Français est confirmé par toutes les décisions de Mobutu entre 1965 et 1967.

           A partir de 1967, Denard pourra même compter sur l’appui de Bruxelles et récupérer ses réseaux en RDC. En effet, la révolte des mercenaires marque l’échec de la stratégie  belge de miser sur Moïse Tshombé. L’élimination de Jean Schramme signifie aussi celle des agents de la Sûreté. « Corsaire de la République » et du roi des Belges, Denard élargit ses appuis à d’autres acteurs de la scène zaïroise. Le retrait de Mike Hoare et la dissolution du 5e codo signifie que l’Afrique du sud renonce à employer des mercenaires nationaux pour peser sur le continent.
Pretoria continue à appuyer d’autres irréguliers. A partir de la révolte des « Affreux » en RDC, ce sont les réseaux de Bob Denard qui vont être sollicités. Les liens entre le mercenaire français et l’Afrique du sud seront d’ailleurs très forts au temps des Comores.

En fait, Denard peut bénéficier, à partir de l’épisode zaïrois, de l’appui des pays qui souhaitent maintenir l’influence « blanche » en Afrique : Rhodésie, Afrique du sud et Portugal. La révolte de 1967 est une étape décisive dans les liens qui se noue entre le mercenaire français et ces Etats. Ils apparaissent en arrière-plan de l’insurrection des « volontaires étrangers ». Puissance aux effectifs militaires limités, refusant de décoloniser, le Portugal est au cœur du dispositif Denard en Afrique.
Lisbonne devient une plaque tournante des flux de mercenaires entre leur lieu de recrutement en Europe et leur destination africaine. Ces flux se font avec l’assentiment du Pide qui met même, semble-t-il,  à disposition des mercenaires des camps d’entraînement au Portuga.

L’Angola et la Rhodésie sont déjà des zones logistiques pour la révolte de 1967. L’Angola est au cœur de l’organisation des mercenaires pour la révolte de 1967. En effet, adossé à l’Angola, le Katanga doit être le bastion du mouvement.
La colonie portugaise est également le lieu de regroupement des hommes de Denard qui ont quitté la RDC et doivent repartir appuyer Schramme entre juillet et octobre. Après cet échec, le Portugal continue à offrir à Denard la possibilité de faire de l’Angola sa base arrière en Afrique, comme en témoignent des courriers entre le chef mercenaire français et ses hommes sur place.

La Rhodésie est l’autre point d’appui. C’est à Salisbury que Denard demande à être évacué après sa blessure le 5 juillet et où il est effectivement soigné. Dans ses mémoires, évoquant sa convalescence, il fera d’ailleurs allusion à ses liens avec les services rhodésiens. C’est encore là qu’il reprend contact avec les relais de Foccart qui lui parlent du Biafra.

Pour conclure, on peut donc considérer la révolte de 1967 comme un événement important de l’histoire militaire de l’Afrique post-coloniale, même si l’insurrection des mercenaires contre Mobutu se révèle un échec.
L’épisode distingue Bob Denard des autres « Affreux ». Certes, comme lui, Jean Schramme a fait la preuve de son savoir-faire dans la lutte anti-insurrectionnelle contre les Simbas mais la fin de son épopée à Bukavu encerclée par l’ANC illustre, pour de nombreux observateurs, ses insuffisances en termes de stratégie. En RDC, Denard a, par ailleurs, fait la preuve de sa capacité à respecter le contrat passé avec son employeur, le général Mobutu.

Certes, il finit par rallier le complot de Schramme mais parce que Mobutu lui-même est en passe de rompre le contrat qui les lie. La période de l’engagement mercenaire en RDC entre 1964 et 1967 assure également à Denard des réseaux avec les services français, belges, portugais et sud-africains. En récupérant les hommes qui l’ont servi mais aussi une partie de ceux de Schramme, il est en capacité de répondre aux besoins (fréquents dans ce contexte de décolonisation et de Guerre froide) d’irréguliers.




Walter Bruyère-Ostells
ÉTUDES GÉOSTRATÉGIQUES



Ce billet est une version abrégée et simplifiée  de l’article « La révolte des mercenaires contre Mobutu en 1967 », paru dans Guerres mondiales et conflits contemporains, juillet 2012/247, pp 91-105.

_________________
Vous retrouverez dans les cendres ce que vous avez perdu dans le feu
avatar
LOUSTIC

Messages : 370
Points : 27277
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La révolte des Mercenaires contre Mobutu en 1967 :: Commentaires

avatar

Message le Mer 28 Mar 2018 - 9:26 par guépard


BOB DENARD

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 28 Mar 2018 - 18:35 par LANG

Mais où sont passés les mercenaires ?

Source Wikipédia :
Un mercenaire est un combattant de métier qui est recruté moyennant finance par un État, une entreprise, un mouvement politique ou toute autre organisation légale ou non, en dehors du système statutaire de recrutement militaire d'un pays.
Un combattant de carrière, bien que rémunéré et parfois recruté sur contrat, se distingue d'un mercenaire par son adhésion à un statut professionnel découlant d'une législation ou d'une coutume locale stable.

À partir des années 2000, parallèlement à la disparition progressive du mercenariat traditionnel, se sont développées les sociétés militaires privées (SMP) anglo-saxonnes, parfois en renfort d'une milice. On les retrouve aussi bien dans des conflits comme la guerre civile de Sierra Leone (Executive Outcomes), qu'en Afghanistan (DynCorp) et surtout en Irak (Military Professional Resources Inc. (en), Blackwater, Erinys, Aegis) depuis 2003.

Ils fournissent différents services comme la protection d'installations, l'entraînement des troupes, la maintenance du matériel militaire et participent même, dans certains cas, aux combats armés.

Compte tenu de la diversité et de la complexité des activités liées aux opérations militaires, du déclin de la conscription dans la plupart des pays riches, de l'imbrication entre opérateurs privés et unités militaires régulières, et de la connotation péjorative du mot, l'époque contemporaine tend à diluer la notion de mercenaire.
Paradoxalement, c'est depuis que la plupart des législations nationales ont pris des mesures défavorables au mercenariat qu'on assiste à une privatisation croissante des activités militaires, sans que les agents à statut privé concernés soient officiellement qualifiés de mercenaires.
En 1914, lors de l'épisode des Taxis de la Marne, des scrupules juridiques avaient été émis à propos de l'engagement de conducteurs civils dans une action de transport militaire.
De nos jours, la tendance est inverse, et on assiste à l'expansion d'une « zone grise » entre armées régulières et entreprises privées, que la disparition « officielle » du mercenariat rend difficile à qualifier.




(Film Les 7 mercenaires)

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum