La guerre est une chose dangereuse, même pour les mercenaires.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

31032018

Message 

La guerre est une chose dangereuse, même pour les mercenaires.




Chacun situera la période de ces actions en se référant au Président ivoirien Laurent Gbagbo  



En Côte-d'Ivoire, les «chiens de guerre» français, embauchés par le régime de Laurent Gbagbo, en ont fait l'expérience.
Dans sa dernière livraison, la lettre confidentielle TTU raconte les mésaventures d'un «groupe de 37 mercenaires» qui étaient chargés de «l'encadrement d'une compagnie de 105 hommes sous commandement direct de la présidence». Selon une source interrogée par Libération, leur échec militaire contre les rebelles a sérieusement «déçu» Laurent Gbagbo.

Le président ivoirien ne s'est donc pas fait longtemps prié pour accéder à la requête de Paris de mettre fin aux activités de mercenaires.
Escouade. En octobre, Gbagbo avait dû faire appel à des mercenaires pour pallier l'extrême faiblesse de son armée. Dominique Malacrino, un ancien de chez Bob Denard, a pris la tête de cette escouade, sous le pseudonyme de «commandant Marquez», alors qu'il n'est qu'un ancien caporal-chef de la Légion étrangère.
Ses hommes devaient former une colonne mobile avec des Ivoiriens pour mener des raids chez les rebelles. «Marquez aurait été complètement dépassé par l'ampleur des opérations sur le terrain», écrit TTU.

Selon nos informations, un grave accrochage a eu lieu, en décembre, face à des miliciens libériens dans l'ouest du pays.
Les mercenaires ont été attaqués à l'arme lourde, alors qu'ils progressaient à bord de véhicules. Plusieurs d'entre eux ont été blessés, dont deux grièvement.
L'un des mercenaires a perdu la vue et un autre a été criblé par des éclats d'obus. Ils n'ont eu la vie sauve que grâce à l'intervention de mercenaires sud-africains équipés de mortiers.
Comme l'indique TTU, «les mercenaires de Gbagbo ne s'attendaient pas à être impliqués dans une situation aussi violente». Pour 6 500 euros par mois, le jeu n'en valait pas la chandelle ! Ni pour les chiens de guerre, ni pour le président Gbagbo.
Du coup, «devant les résultats décevants des Français, ceux-ci ont été affectés à de simples missions de protection». Et le régime ivoirien a fait d'une pierre deux coups : satisfaire Paris tout en se débarrassant d'employés incompétents.

Des discussions seraient déjà en cours pour leur remplacement par des équipes sud-africaines.
D'autres mercenaires (ukrainiens, biélorusses et bulgares) pourraient toujours être présents dans le pays, pour piloter et entretenir les trois hélicoptères de combat Mi-24. Selon une source militaire française, ces appareils sont actuellement «sous contrôle» à Abidjan.

Relève. En Côte-d'Ivoire, les militaires français s'installent pour durer. Le général Emmanuel Beth, patron de l'opération Licorne, devrait être bientôt relevé par un autre général, Bruno Dary. «Même si on compte sur l'arrivée des contingents africains, on va rester un moment», reconnaît-on à l'état-major des armées.



Jean-Dominique Merchet

_________________
Vous retrouverez dans les cendres ce que vous avez perdu dans le feu
avatar
LOUSTIC

Messages : 365
Points : 26297
Date d'inscription : 31/01/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum