La forêt de Verdun

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

31032018

Message 

La forêt de Verdun




Cette forêt est vieille de moins d'un siècle, elle est née sur le territoire dévasté du champ de bataille qu'elle a contribué à cicatriser.
Elle porte en elle la mémoire de la Grande Guerre. Elle a obtenue en 2014 le Label " Forêt d'Exception " La forêt de Verdun abrite toujours les restes de près de 80.000 Combattants.


Bien entendu les stigmates de la guerre sont encore visibles. (photo ONF)


On les prendrait pour des myosotis, mais les petites fleurs bleues qui poussent près de la nécropole de Douaumont ne sont en France que depuis un siècle, arrivées sous les sabots des chevaux venus faire Verdun. Aujourd’hui symboles d’une forêt créée par la guerre.

«Du coup, on l’appelle l’herbe aux yeux bleus du Montana», sourit Patrice Hirbec. Chargé de mission pour la biodiversité à l’Office national des forêts (ONF), il s’émerveille encore de la particularité de la forêt de Verdun, terre saccagée par les combats pendant la Première Guerre mondiale devenue un havre de biodiversité.
Si la flore et la faune sont si spéciales, c’est que le sol a subi, entre 1914 et 1918, l’équivalent de 10.000 ans d’érosion naturelle, explique Jean-Paul Amat, professeur de géographie, spécialiste des forêts de la Grande Guerre, qui a travaillé avec l’ONF sur le label «Forêt d’exception» obtenu par le bois en 2014.
Avec un tel retournement de terre, «la flore s’est adaptée», résume M. Hirbec.

Sur certains talus, le sol était si sec que du thym s’est mis à pousser, comme sur les bords de la Méditerranée. Ailleurs des poiriers apparaissent, vestiges des vergers détruits par la bataille ou témoins des habitudes alimentaires des Poilus.

Pour ce qui est des Allemands, ils apportaient tout, raconte Stéphanie Jacquemot, archéologue à la Drac (Direction régionale des affaires culturelles) de Lorraine. C’est d’ailleurs pour cela que la gentiane, que l’on ne trouve pas enLorraine, s’épanouit autour de Verdun: plus pratique pour l’eau-de-vie.

Dans les trous d’obus, des mares se sont installées, qui abritent des batraciens: tritons crêtés, mais aussi, plus rares, des sonneurs à ventre jaunes, une espèce «vulnérable».

«Il y a 15 espèces de fougères, des orchidées en mai et juin...», décrit Patrice Hirbec en se penchant pour ramasser un bout de ferraille, qu’un oeil peu habitué confondrait avec de la glaise. C’est un éclat d’obus.

Les forts, eux, hébergent des chauves-souris, qui nichent dans leurs aérations. Au-dessus de celui de Douaumont, pilonné des semaines durant par l’aviation allemande, des hirondelles rustiques planent. Ces oiseaux au dos bleuté sont une espèce protégée.


- Forêt linceul -
Derrière les hirondelles, on peut, depuis le fort, observer la forêt à 360 degrés. Le vert clair des jeunes feuillus se mêle au vert sombre des pins plantés après le conflit.
Dès la fin de la guerre, alors que 20.000 hectares de la Meuse sont ravagés, ce sont les forestiers qui proposent de reboiser les «zones rouges», l’Etat l’a décidé au lendemain de l’armistice - Celles sur lesquelles plus personne ne vivra.

La terre, labourée par les millions d’obus qui s’y sont abattus, manque d’humus par endroits et il faut donc reboiser en conséquence. Des milliers de pins noirs d’Autriche, résistants et adaptés au nouvel état du sol, sont plantés: le pays vaincu a proposé de payer une partie de sa dette de guerre en semences.

Entre 1923 et 1931, 36 millions d’arbres sont ainsi plantés au milieu des abris allemands et français, des tranchées et des corps.
Aujourd’hui, sous les orchidées et les pins, environ 80.000 soldats reposent encore.

«Cette forêt est le linceul de 350.000 morts, elle les abrite», explique M. Hirbec. «C’est aussi leur rendre hommage que de la visiter et d’en prendre soin».


AFP
avatar
revue de paquetage

Messages : 219
Points : 25888
Date d'inscription : 27/03/2012
Age : 58

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La forêt de Verdun :: Commentaires

avatar

Message le Dim 1 Avr 2018 - 17:26 par un botaniste

L’herbe aux yeux bleus !
Une plante arrivée avec le fourrage des chevaux américains !
Elle fait partie des plantes de la guerre que l’on nomme « obsidionales ».
D’autres sont arrivées avec les cosaques ou les bavarois après 1870 et les allemands pendant la « Grande guerre ».

« Parmi les plantes obsidionales présentes en Lorraine, un certain nombre le sont en Meuse. Des plantes sont arrivées d’Allemagne tel l’Alysson blanc après 1870, le Crin végétal issu de la décomposition des paillasses après la débâcle des troupes du Kaiser, le Géranium des prés arrivé avec les trains et répandu le long des routes et des canaux.  Une plante russe à Ecurey-en-Verdunois, le Grand panicaut, a certainement été introduite par les régiments russes en cantonnement dans la région de Verdun et affectés aux travaux des champs. Plusieurs plantes américaines, la Bermudienne, la Glycérie striée, le Scirpe vert-sombre ont suivi les troupes de libération sur l’axe saillant de Saint-Mihiel - Meuse Argonne.
Ces végétaux si beaux soient-ils ne doivent pas nous faire oublier qu’ils sont là, suite à des désastres humains. Gardons les précieusement comme plantes de
souvenir et d’espoir pour un monde meilleur.
François VERNIER, Président de FLORAINE
Association des Botanistes Lorrains »

Plus de détails sur le fichier joint de l’Association des Botanistes Lorrains.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 1 Avr 2018 - 17:42 par un botaniste


Plantes obsidionales.
Le fichier Pdf étant trop lourd, voici l'adresse :

http://www.etudes-touloises.fr/archives/151/151art1.pdf

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 1 Avr 2018 - 20:07 par Francis GAMBLIN

merci à vous botaniste pour ces précieux renseignements.
Je n'ai jamais été en forêt de Verdun mais, cela doit être très émouvant quand on en connait l'histoire.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum