2 000 militaires débarquent sur une plage bretonne

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

09062018

Message 

2 000 militaires débarquent sur une plage bretonne




2 000 militaires participent à cette manœuvre franco-britannique organisée à Quiberon (Morbihan). Un prélude à un raid blindé vers Meucon et Coëtquidan. Le rembarquement est prévu les 13 et 14 juin. Thème de l’exercice : un pays qui n’arrive pas à juguler des mouvements terroristes fait appel à la France et à la Grande-Bretagne…

La porte d’étrave d’un chaland de débarquement s’ouvre. Une file de fantassins s’avance sur le sable suivi par de lourds blindés. Il est 8 h vendredi, plage du Fort Neuf, à Quiberon. Depuis 6 h 20, la noria de chalands se poursuit entre la terre et les bâtiments amphibies dont on aperçoit les hautes silhouettes dans la lumière matinale : Le Tonnerre, venu de Toulon, Le Lyme Bay, de la Royal Navy.

Assis contre un muret, des fusiliers marins se reposent. Peu après 1 h du matin, avec des plongeurs du génie d’Angers, ils ont ouvert la manœuvre en inspectant et sécurisant la plage. Plusieurs mines installées par les soldats du 3e Régiment d’infanterie de marine (3e Rima) de Vannes qui tiennent le rôle de l’« ennemi » ont été découvertes. À quelques kilomètres de leur garnison de Vannes, ces soldats vont tenter de stopper ou de ralentir la progression des unités débarquées.

À 8 h 30, les éclaireurs débarqués en premier, des cavaliers du 1er Rima à bord de leurs véhicules blindés légers, ont aperçu, vers Plouharnel, des « ennemis ». Au Fort Neuf, les véhicules blindés de combat d’infanterie de 2e Rima du Mans prennent la route.

Coopération franco-britannique

Au large, au-dessus de la flottille, un Chinook britannique, un de ces hélicoptères lourds qui manquent tant à l’armée française vrombit. Franco-britannique, cet exercice amphibie baptisé Catamaran entraîne les militaires des deux armées à utiliser les mêmes procédures, à opérer au sein d’une force expéditionnaire commune.

Des Royal Marines ont débarqué avec les fusiliers marins. Des Français sont embarqués à bord du Lyme Bay. La Royal air force intervient. Encadré par le traité de défense de Lancaster House signé en 2010, Catamaran s’inscrit dans la coopération militaire entre les deux pays. La défense ne connaît pas le Brexit.
« Le thème de l’exercice : un pays qui n’arrive pas à juguler des mouvements terroristes fait appel à la France et à la Grande-Bretagne », explique l’enseigne de vaisseau Hélène. Les liens sont étroits. Le capitaine Jean-Daniel note : « Dans les états-majors, dès qu’il y a un Britannique on échange en anglais. Certains font des efforts et parlent français. »

Plus au large, trois frégates françaises, Le Jean-Bart, le La Motte-Picquet, L’Aquitaine, ont créé une bulle de protection autour du débarquement. Le Tonnerre n’a qu’une défense antiaérienne limitée avec des missiles qui portent à 6 km. Les missiles des frégates peuvent atteindre des avions à 50 km de distance, des navires à 180 km, des sous-marins à 25 km, beaucoup plus avec leurs hélicoptères embarqués.

Une défense essentielle aujourd’hui quand on sait que les missiles ultramodernes peuvent être obtenus par de nombreux pays voire par des mouvements rebelles.

À terre, à peine débarqués, plus de 500 soldats ont lancé un raid blindé en direction des camps de Meucon et de Coëtquidan. Le rembarquement est prévu les 13 et 14 juin. Équipages des navires compris, environ 2 000 personnes participent aux exercices.

Au Fort Neuf, l’adjudant Yann, patron des mouvements sur la plage, s’époumone : « Ne restez pas là ! Un char arrive. » Des curieux vont et viennent, ravis de l’aubaine. Un D-Day comme en 1944 aux pieds de leur hôtel !




08 juin 2018 l'édition du soir
avatar
stick23

Messages : 20
Points : 594
Date d'inscription : 27/04/2018
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum