La bataille de Timimoun avec le 3e RPC de Bigeard

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

18072018

Message 

La bataille de Timimoun avec le 3e RPC de Bigeard




[G23



                          Opération  TIMIMOUN


      J'ai vécu cette opération comme 1èr classe au sein du 4ème peloton de l'Escadron du capitaine Calès.

      8 novembre 1957

    Profitant de l'absence de troupe occupée à la recherche de rebelles et de déserteurs, une embuscade contre un convoi de la Compagnie des Pétroles algériens a lieu dans le Grand Erg Occidentale. Deux ingénieurs européens et cinq légionnaires de l'escorte sont  prisonniers ou peut-être tués ainsi que des ouvriers musulmans dont quatre ont réussi a rejoindre Timimoun et à donner l'alerte, les véhicules Land-Rover des pétroliers ont été incendiés.

    La presse fait les gros titres de cette affaire. C'est l'affolement dans les compagnies pétrolières qui se sentent directement menacées par ce sale coup du FLN.

    Bigeard apprend la désertion le 20 octobre, d'une compagnie( goum) de méharistes algériens du Touat de la région de Timimoun, belle oasis à plus de 500 km de Colomb Béchar. Ce goum passe à la rébellion et assassine 13 cadres européens, les 70 déserteurs disparaissent dans l'immensité des 350 000 kilomètres carré du Grand Erg Occidental, connaissant parfaitement la région, les points d'eau et les caches permettant de stocker du ravitaillement et des armes.

    Un télégramme émanant du général Salan, donne tout pouvoir à Bigeard pour retrouver les méharistes déserteurs qui  se sont joints aux combattants du FLN, et forment maintenant une katiba ( compagnie), qui s'est permise d'attaquer le convoi de Land-Rover des pétroliers.

    Autant chercher une aiguille dans une botte de foin dans l'immensité du Sahara grand comme cinq fois la France, ce n'est pas une mince affaire, mais « Bruno » en a vu d'autres.

    Tandis que le régiment se refait une santé; lavage des vestes camouflées, échanger chaussettes, jungle-boot et certains équipements qui ont souffert. Je coupe les cheveux de quelques uns qui poussent dru peut-être à cause de la chaleur ? Pour tout le peloton, sport, tir, défilé en chantant, revue d'armes et complément de munitions. Bigeard réunit ses commandants de compagnies et son état-major pour faire le point sur cette nouvelle opération qui va se jouer.

      14 novembre 1957

   Nous sommes prêts pour le départ vers l'inconnu, un très long convoi avec toutes les compagnies installés dans les GMC, encadré par une protection de véhicules armés, les distances sont nécessaires sur cette piste sablonneuse, d'où se dégage une poussière de sable pulvérulent.  Nous croisons des convois escortés de chars et d'EBR ( engins blindés de reconnaissance), à chaque croisement d'engins, la visibilité devient nulle, nous frôlons de peu la bâche d'un camion, le sable rejeté par les roues sur les côtés forme de petits congères où les roues s'enfoncent comme dans du beurre et m'oblige à rester dans le sillon ainsi formé.

   Les passages de tôles ondulées (ondulation du sable dû aux pneumatiques) nous secouent comme des pruniers, je suis obligé de garder un grand écart avec le véhicule qui me précède, la poussière aidant. Nous passons l'oasis de Tarhit, de Béni-Abbes, et de Kerzoz.

     15 novembre

    Nous dormons dans une petite oasis abandonnée, à côté de nos véhicules. Très tôt le lendemain, nous reprenons la piste pour Ksabi, direction Charouine et enfin Timimoun.

    Nous sommes dirigés dans la ville sur un emplacement entouré d'un mur construit en terre ocre rouge, d'ailleurs tout ici est rouge; la route ou plutôt la terre, le sable, les maisons, la Citadelle, à voir le style de construction on se croirait au Soudan avec les murs crènelés.

   TIMIMOUN, surnommée « la perle du désert » avec son immense palmeraie aux palmes énormes d'un vert sombre plantée près d'un grand lac. A l'intérieur, de la culture de légumes arrosés par de petites rigoles passant à travers des jardins miniatures, un paradis terrestre d'une beauté saisissante.
 
    Après 550 km de piste, nous sommes dans un état lamentable, recouverts d'une épaisse couche de poussière rouge, le nez, la bouche, les oreilles, les yeux larmoyants malgré les lunettes étanches, nous descendons fatigués.

Une fois les jeeps rangées dans notre enclos de murets en terre ocre, c'est la rué vers le point d'eau pour se désaltérer et se passer la tête sous le robinet. Des tentes type marabout sont dressées; nous y déposons notre matériel  et après un décrassage apprécié, nous tombons dans nos lits picot.

   La journée n'est pas finie, la révision des jeeps et 4X4  doit être faite dans les règles de l'art, je fais mon compte rendu de l'état du matériel, puis un rassemblement devant  le capitaine Calès qui nous fait une mise au point de notre mission, nous restons en réserve au PC Bigeard.

    Dès son arrivée le colonel Bigeard prend contact avec le commandant du fort (citadelle), mais constate que rien n'est fait au niveau des rapports, consignations sur les renseignements des activités et des actions rebelles dans la région de Timimoun. Il regroupe tout son monde et fait le compte des forces dont il dispose.

 Avec ses 1000 parachutistes comprenant les 4 compagnies de combat, l'Escadron et la compagnie d'Appui
.    Viens s'ajouter; 100 commandos de l'air et l'Escadrille Anjou commandé par le colonel Charpin, 200  hommes de la compagnie portée de la Légion Étrangère à la recherche des rebelles, 100 méharistes en protection des Land-Rover incendiées, 40 hommes du poste de Timimoun, 50 hommes du poste de Kerzaz, et 80 hommes qui tiennent le poste de Béni-Abbès.

Il réussit à avoir satisfaction sur les demandes suivantes:  trois piper d'observation, deux patrouilles de chasseurs T6 pour l'appui au sol, trois Nord 2501 pour le parachutage en cas de nécessité lors de bouclage ou le renfort au sol des autres unités engagées devient vital, trois JU 52 , vieux appareils allemands, avions capable de se poser sur certaines parties de sable dur du désert,  6 hélicoptères Sikorsky de la flottille du colonel Brunet dit « Félix », (un fonceur), pour le transport très rapide des paras , et enfin un hélicoptère Bell pour les déplacements de Bigeard durant les phases de combat.

     La beauté du paysage et saisissante , pour du dépaysement, je ne peut trouver mieux. Notre Escadron ne perd pas de temps et déjà des directives pour un futur départ dans l'inconnue du Grand Erg se précise. Cela n'empêche pas le sport, l'entretien plus que jamais des armes qui vont souffrir avec le vent de sable très fréquent ici.

Un petit moment de repos nous permet de visiter la ville, j'ai mon appareil et profite des méharistes Touareg devant la superbe Citadelle faite de torchis de boue rouge avec ces murs crénelés, pour faire plusieurs photos. J'ai demandé au propriétaire d'un superbe chameau coursier  de monter dessus, une fois grimpé sur la bête, l'effet est saisissant, un para à dos de coursier c'est pas banal. Une boucherie de viande de chameaux pour les amateurs, étale les morceaux de couleur rouge sombre ou des myriades de mouches bourdonnent, mon camarade Belot et moi iront  acheter des steaks de chameau, c'est une viande très tendre, d'un goût très personnel.

     20 novembre

     Nous restons en protection du PC Bigeard et de son PC léger de 40 paras, le commandant Lenoir dit « la vieille », son deuxième bureau, le sergent/chef Martial Chevalier (secrétaire), le sergent/chef  Flament (photographe), le sergent Bourgevin (dessinateur) les radios etc....


    Durant ce temps les trois premières compagnies sont à la recherche de renseignements dans les oasis alentours rayonnant de 60 kilomètres autour de celles-ci, la quatrième compagnie du lieutenant Douceur, bivouaque sur le terrain d'aviation en alerte permanente pour un parachutage d'assaut.

    Les renseignements récupérés par le capitaine Pétot du deuxième bureau sont précis. Après avoir rassemblé tous les mâles de Timimoun sur la place, 96 suspects sont arrêtés et 32 armes saisies. Le personnel approchant de près les officiers sont tous des fells!  Même l'infirmier qui est tout simplement le chef FLN de la région, l'arrivé de Bigeard a évité le pire.
Ils avaient prévu de tuer les cadres européens. Le serveur si stylé, devait verser du poison dans le pastis des officiers !!.  Il s'agit de l'organisation politico-militaire sur  laquelle les bandes s'appuient, avec la nonchalance des responsables militaires, petit à petit le FLN s'est implanté dans toutes les palmeraies depuis un an.

Grâce à l'aide de la population, les rebelles se sont constitués d'importants dépôts de vivres et de munitions dans les coins les plus inaccessibles et impénétrables du Grand Erg Occidental.  Des abris de combat dans des endroits buissonneux et difficilement détectables dans cette suite de vague de sable infinie !

      21 novembre 1957

    Il est minuit, nous faisons mouvement avec le PC Bigeard vers Zaouït-ed-Debahr petite palmeraie perdue dans la mer de sable une piste dégueulasse nous fait des misères, il est  7 heures quand nous arrivons en GMC.  
Aussitôt ordre de fouille de la palmeraie et sécurisation peloton par peloton sur le périmètre du camp avancé. En short la nuit ou la température frise le moins 2°, j'aurais supporté un pantalon!  Je suis gelé, le chèche autour du cou me protège un peu du froid saharien. Nous creusons des trous individuels en cas d'attaque nocturne.

    Il est quatre heures du matin quand l'opération est lancée. La 3e compagnie du capitaine Llamby se trouvant avec nous, part à pied pour rejoindre Tabelkoza situé à 15 km de nous où attendent les hélicoptères, l'aviation d'appui et d'observation.     La 3 arrive à 7 heures à Tabelkoza et se prépare en vue d'un héliportage d'assaut  avec les Sikorsky à 8 heures sur Hassi-Rhambou.

Alors que la 4e compagnie du lieutenant Douceur trépigne aux pieds des Nord 2501 à Timimoun, pour un embarquement rapide. La difficulté du saut sur les rebelles oblige à avoir l'arme prête à tirer, de ce fait le lieutenant Douceur, décide de supprimer le ventral et avoir à la place l'arme dans le sac à la place du ventral pour un saut à 180 mètres d'altitude et les Nord Atlas serons aile dans aile pour avoir un regroupement maximum afin d'avoir le temps de sortir le PM  et tirer aussitôt au sol , les fellaghas croient à un bombardement mais comprennent vite que la retraite est coupée et qu'il faut combattre et attendre  la nuit où le désert leurs sera favorable !!.

Au PC de Timimoun, le capitaine Porcher, ancien d'Indo, un fidèle de « Bruno » que j'ai connu à Bayonne , coordonne les liaisons avec les autorités supérieures,et reste à l'écoute des phases de l'opération en cours.
    De 9h 30 à 11 heures, la 3e compagnie du capitaine Llamby héliportée, est déposée à une vingtaine de kilomètres au sud du puits ou la bande serait dissimulée, il attend le regroupement de toute sa compagnie, que plusieurs rotations d'hélicos sont nécessaires afin de démarrer sa progression dans les dunes ou l'on enfonce à mi-mollet dans la contre-dune de sable fluide comme de la farine, la progression est pénible, le para peine à se dégager de cet enlisement, alors que l'autre face de la dune  reste dure. Le piper d'observation guide la marche des sections dans cet océan de sable ou tout se ressemble, la chasse est à l'affût prête à les appuyer.    
     En tête de progression, dans la section du  lieutenant Roher qui mène un train d'enfer, le sergent/chef Sentenac avant tout autre chose, fait nettoyer et dégraisser avec soins les MAT 49, engluées de sable qui a pénétré dans les moindres recoins du mécanisme et risque fort d'enrayer l'arme au moment décisif. La progression reprend en ligne quand à 9h 30 l'ennemi se dévoile!  Dissimulé à contre-pente ils attendent les premières silhouettes qui se détachent sur le haut de la dune !   C'est celle de Sentenac qui apparaît, un tireur fell d'une grande précision déclenchent un feu précis et mortel Sentenac tombe l'infirmier Fialon arrive à la rescousse pour soigné Sentenac qui a était trainé en bas de la dune, le lieutenant Roher monte à son tour pour un aperçu il est touché à son tour, Fialon fonce pour les premiers soins en haut de la dune et reste sur la crête, une balle dans la carotide le tuant net ! Les paras donnent l'assaut à la grenade et au lance grenade mais chaque creux de dune a son groupe de combattants FLN  par trois ou quatre ils tiennent en respect les paras, pendant que le reste de la bande cherche à fuir, les T6 font un carnage dans les rebelles qui replient sur une autre position ! Averti des évènements, Bigeard donne ordre de décoller à la 4e du lieutenant Douceur qui après un straffing de l'aviation, saute un peu au Nord de Llamby, la bande est coincée, la bataille s'engage aussitôt dans un combat âpre et dur jusqu'au corps à corps contre des fells qui tirent juste et savent que pour eux, déserteurs et meurtriers de leurs chefs, rien ne les sauveras.

    A 13h 15, Bigeard se porte très près du combat pour mieux coordonner l'appui aérien et l'action des paras, le colonel Brunet avec son hélico armé de mitrailleuses décime les déserteurs en fuite.
   Il est 14h 30, le deuxième peloton de Escadron  du capitaine Calès est héliporté en renfort, les combats vont durer jusque vers 19 heures. La bataille de cette première phase du combat de Timimoun s'arrête là, avec un bilan éloquant de la bande anéantie; 52 fells sont tués dont 20 déserteurs, tout l'armement, les postes radios sont  récupérés.
     Nous sommes portés aux nues et faisons la une des journaux: France-Soir, L'Echo d'Alger, La Dépêche, Le journal d'Alger, Le Figaro, et Paris-Match qui intitule son numéro exclusif «  Le contre-rézzou des paras de Bigeard ! » Que d'éloges sur nos combats considérés au départ comme timorés.
   
   
   Je fais une parenthèse pour honorer nos camarades tombés ce jour là. Pour certains ce fut le bout de la piste.

    Même la victoire en ce soir de bataille, ne nous fait pas oublier nos camarades tombés, comme le sergent/chef René Sentenac, une figure de héros, chef de section de la 3e compagnie, ancien de Diên Biên Phu un des rares à réussir son évasion du camp retranché, Bigeard dédiera un livre à ce combattant hors du commun « Aucune bête au monde » Sentenac fauché en haut de la dune par un tir mortel, une balle dans le ventre, la blessure fatale, le photographe Marc Flament immortalisera ses derniers instants dans une série de portraits
de l'homme à l'agonie, Bigeard sera près de lui quelques instants avant son brancardage dans l'hélico. Il décède dans l'avion qui le ramène à Colomb-Béchar. Sentenac ce formidable combattant aux treize citations et croix de guerre, sept fois blessés, médaillé militaire, chevalier de la légion d'honneur, l'armée ne voulut pas faire de lui un officier de la légion d'honneur à titre posthume. Bigeard affecté par sa disparition, aura son portrait en première place dans son bureau et dans tous les PC qu'il commandera dans sa longue carrière.
Dans son livre « Pour une parcelle de gloire » il n'hésite pas à le citer en héros, il dit de lui: « De nous tous, il fut celui qui eut la plus grande chance, car il a réussi sa mort après avoir mené la vie tourmentée qu'il avait choisie. Il cite: « ...Puis ce fut Sentenac... Il dut encore fournir un dernier effort pour mourir. Il savait bien qu'il avait gagné, et c'est pour cela que son visage apaisé nous parut si beau. Ce qu'il cherchait de l'autre côté de la crête, ce n'est pas une poignée de Bédouins et leurs fusils, mais cette chose impossible qui le hantait depuis si longtemps et qui ne se trouve que dans le sacrifice et la mort. Seule elle permet de se confondre avec ce qu'il y a de plus grand, de plus inaccessible. C'était sa manière, à lui Sentenac, de comprendre Dieu. Et çà, aucune bête ne pourrait le faire... »

    C'est en portant secours au lieutenant Roher ( mon premier chef de section en Algérie) que l'infirmier Fialon reçoit une balle mortelle, sans savoir que celui-ci est mort sur le coup, et puis ce jeune Schneidenbach qui affecté aux cuisines voulut faire sa première opération .
   Et moi qui suit resté l'arme aux pieds dans cette oasis, pas tout à fait car j'ai aidé au stockage des fûts d'essence et des caisses de pièces indispensable à la logistique, stocker les boites de ration et le pain, bref .. nous avons œuvré à notre façon, j'ai malgré tout envier le peloton parti au combat, la chaleur dans la journée atteint 40°, la nuit moins1°. Mais cette pose va être de courte durée. La deuxième bande est réelle, cachée autour de puits inaccessibles aux véhicules.

    24 novembre 1957

   C'est notre tour de passer aux choses sérieuses. Nous sommes héliportés sur Hassi Rhambou dans un tourbillon de sable qui enveloppe le Siko, et en cas d'accrochage la compagnie d'appui du capitaine Chabanne se tient au-dessus de nous dans les Nord 2501 prête à sauter en renfort. Notre progression dans le sable qui se dérobe sous les jungle-boot est pénible. Je suis armé d'une MAT 49, le doigt sur la détente, nous marchons de front et passons d'une dune à  l'autre, des arbustes en touffe poussent dans le creux des dunes hautes de 30 à 40 mètres,  sans savoir ce que cachent les arbustes, c'est stressant, Cadet mon pote voltigeur pour une fois comme moi trouve des traces de pas  vers un gros paquet d'épineux, il s'y dirige avec prudence et me lance: «  viens voir ce que j'ai trouvé ! »Je fonce et me trouve devant un fait bien visible: un fell a déféqué ici, se sont les traces qui intriguait Cadet.
    Mais quelques dunes plus loin, un groupe tombe sur un dépôt très important de nourriture et de vêtements, j'en profite pour prendre du sucre. Plusieurs tonnes de marchandises sont détruites. Nous revenons à pied, à notre point de départ, la marche de toute une compagnie en ligne représente un front important, les rebelles sont en cavale. Les Nord Atlas retournent au terrain déposer les paras frustrés, les T6 ont fait un ou deux passages, reste le piper qui nous guide en tournant au dessus de nos têtes. Retour à Hassi Rhambou ou nous reprenons un peu de force, mangeons et remplissons les deux bidons, nous dormons autour du puits où le sol est fait de cailloux (reg). Nous apprenons que les fells ont disparu du paysage? De nouveau, nous sommes appelés pour sécuriser la zone de crach d'un hélicoptère qui n'a pu aller plus loin, en panne près d'un puits, nous devons le protéger en attendant que les mécaniciens et pièces de rechange arrivent sur les lieux( le moteur sera changé entièrement). Nous embarquons dans des GMC qui nous transportent jusqu'à la limite de leurs possibilités, après c'est à la boussole et grâce au piper d'observation que nous nous dirigeons vers la zone de l'hélico en panne, le capitaine Calès imbriqué dans notre colonne de marche va bon train.
    Nous crapahutons sur un plateau rocheux mi cailloux mi sable, avec deux jours de vivre dans la musette TAP et deux bidons d'eau accrochés aux côté, 25 kilomètres nous séparent du premier objectif à atteindre. Une petite halte et à 14 heures nous repartons vers notre hélico en panne. Encore une vingtaine de bornes, l'allure est bonne et je suis l'allure sur ce plateau caillouteux (reg) ou le sable est omniprésent affleurant le sol, nous passons sur une aire délaissée par des nomades, j'aperçois des piquets encore enfoncés dans le sol rocheux et plusieurs tas de bois pelés par les vents de sable, des emplacements de tentes et de feux sont bien visibles.
    On ne s'attarde pas, le temps imparti est rigoureux pour atteindre le puits avant la nuit, un piper nous survole et donne le point, il nous signal un vent de sable qui nous arrive de derrière et que notre allure de marche doit être forcée, nous sommes à une heure de notre objectif, quand je m'aperçois que le sable devient mou, inconsistant, le vent s'est levé, il est rasant et soulève doucement cette fine couche de sable fin, ou nous pataugeons maintenant.
   Les chefs de sections crient « marche commando »! le « simoun »( vent du désert) nous rattrape. Comme des dératés nous parcourons les derniers 1000 mètres afin de faire nos emplacements pour la nuit. En un rien de temps le puits est atteint , nous déballons nos toiles doublées de nylon et deux par deux dans un vent qui soulève des nuages de sable, nous raccordons nos toiles afin de mettre le matériel à l'abri, des bidons de carburant vides, me servent de contre-vents, la tempête est sur nous, c'est le sauve qui peut général, nous allons subir la furie du vent du désert, plus de visibilité à plus de 5 mètres, recroquevillés avec Pierrot Martignon, nous prenons nos dispositions inconfortables, malgré nos toiles étanches, le sable pénètre partout, nous mangeons un peu avec plein de sable qui croque sous les dents, je bois l'eau tiède de mon bidon. Dehors les bidons de 200 litres font du tintamarre, s'entrechoquant entre eux, j'ai peur qu'ils s'envolent. Des congères se font contre les obstacle que nous faisons, la nuit s'annonce longue.
    La tempête s'arrête aussi soudainement qu'elle est venue, le froid du petit matin nous fait grelotter malgré le chèche que je me suis entortillé sur la tête est le corps, je boute le nez dehors . Le paysage à changé, les paras sortent de leur butte de sable, les visages à peine reconnaissables, recouvert d'une fine couche de poussière, les yeux larmoyants, la bouche et les narines desséchées, les gars ont soif, les premiers sont déjà au puits à tirer de l'eau à la peau de bouc, mais l'eau est d'une sale  couleur brune et dégage une odeur suspecte, certains ont goûté cette flotte dégueulasse, une lampe torche éclaire le fond du puits permettant de voir un cadavre coincé dans le fond, le capitaine alerté, se voit contraint de demander par radio un secours en priorité à autorité. Un JU 52, chargé de bidon d'eau va venir nous approvisionner.

    29 novembre 1957

    Le ciel est redevenu bleu, à part les congères de sable sur les bidons et l'hélico, tout paraît normal comme si rien n'était survenu. Nous mettons les panneaux de signalisation au sol pour le largage car il ne peut atterrir dans notre zone, le voilà qui se positionne en s'approchant du sol, le largueur est à la porte, et à 15 mètres de haut le lâche ses colis, même à 90 km heure, les bidon tombe très vite , j'entends un plouf à chaque bidon quand il touche le sol, il éclate comme un fruit mûre, du pain et des boites de rations suivent le même chemin sans dégât, nous courons au résultat.
    Les bidons ont explosé et l'eau finit de s'écouler, il ne reste à l'intérieur que la valeur d'un bidon, presque rien. Une liaison radio rend compte du largage d'eau loupé, nous sommes pris  au piège, plus de 40 kilomètres nous séparent du convoi parti à notre rencontre avec de l'eau, ceux qui ont une petite réserve d'eau font le partage avec ceux qui n'en possèdent plus, certains n'ont plus d'eau depuis hier soir, c'est la marche de la soif.
    Le soleil darde ses rayons sur le sable, la réverbération accentue la déshydratation des paras, j'ai la langue et les lèvres parcheminées, plus de salive et pourtant il faut marcher, je prends mon cachet de sel avec une goutte d'eau. Nous avançons dans les dunes sans fin . « c'est marche ou crève! » me dit mon caporal/chef Thevenon, c'est le mental qui nous tient sans cela ! Le contact radio est régulier et le piper nous suit à la trace. Ce qui est désespérant ce sont les dunes qui se succèdent sans voir l'horizon. Les premiers cas de déshydratation sont visibles, il faut soulager le gars de son sac, 10 heures de marche avec un dé à coudre d'eau toutes les heures, devient un supplice, si je m'écoutais je boirai mon bidon d'une seul traite, mais les copains qui louchent vers l'objet de la convoitise me font respecter les règles de la soif,  je pense aux camarades, il faut continuer à souffrir.
     Des cris à l'avant de la colonne « les camions ! Les camions sont là ! » comme un coup de fouet, l'allure s'est accélérée, il est 18 heures quand nous les atteignons, mais il n'y a pas de place pour tous, par contre nous avons de l'eau . Les plus atteints sont transportés par les GMC. Nous prenons trente minutes de repos pour avaler la pâte de fruit avec de l'eau, se qui nous fait transpirer aussitôt, mais c'est bon comme stimulant.
    Le bidon plein, nous repartons pour une marche de 10 kilomètres avant d'arriver à la base provisoire de Zaouït-ed-Debhar, d'où les camions nous transportent sur Timimoun, il fait grand noir. Comme des gars bourrés, nous sommes montés dans les bahuts sans un mot, nous commençons a récupérer dans un sommeil sans rêve, épuisé par une marche de 50 kilomètres dans le sable de dunes infinies.
 
    30 novembre 1957

    Après six heures de camion, nous arrivons à 5 heures du matin, abrutis par les secousses et le sommeil, nous prenons possession de nos lits et sans un lavage tout le monde s'écroule les bras en croix sur sa couche, bientôt un concert de ronflements, mais rien me gène. Il est midi quand je sors de ma torpeur, le premier geste c'est de boire l'eau à la citerne et de me passer la tête sous le robinet, avec plusieurs copains nous allons nous laver à l'oued et régénérer notre peau dans un bain salutaire, ma peau est devenue noire et le contraste des jambes et de l'emplacement du short font sourire, rasage de rigueur. Un bon repas me redonne vigueur. Les mal en point sont revenus et ont l'air de se porter comme un charme. Notre premier travail:  nettoyage des armes et des munitions, vider les musettes TAP remplies de sable, secouer et laver les affaires, se changer pour avoir l'allure d'un para Bigeard. J'ai récupéré mon FM 24/29, çà promet !

               La deuxième bataille de Timimoun

    Tous les documents que possède le 2ème bureau, affirment qu'une deuxième bande de rebelles se cache dans la zone des puits. Estimée à une soixantaine de combattants elle n'est pas encore localisée, pourtant au 2 décembre, elle est située dans une zone de 2000 kilomètres carré à 160 km de Timimoun dans la région des puits de Gaouni, Mansour, Taourdassa, Belguezza, Ali,  et Fokra, sur une ligne allant de Beni-Abbès à Bou-Krelala. Pour que cette bande ne puisse plus se ravitailler, les dépôts de vivres et de munitions sont détruits, la bande isolée va se retrancher dans la région des puits cités. Le capitaine de Llamby  est installé à Beni-Abbès et neutralise l'axe jusqu'à Ksabi propice aux fells. Bigeard apprend par les pétroliers qu'au puits de Bou-Krelala il existe une partie de Reg assez dure, ou les Junker 52 peuvent se poser, excellent appareil seul capable d'utiliser ce terrain et d'approvisionner cette base au plus près des repaires rebelles, afin de préparer avec minutie la logistique de cette nouvelle opération.
   Un convoi de camions d'essence escortée par des paras va faire un parcours de 1000 km par des pistes impossibles pour rejoindre Bou-Krelala, les Junkers feront du transport  également de fûts d'essence et de matériel sur cette base improvisée.  ( Un hélicos consomme 400 litres de carburant à l'heure). Son rayon d'action est de 700 km,la distance maximale franchissable tourne aux environ de mille cinq cents kilomètres  en fonction de sa charge et des paramètres extérieures, de l'altitude et de la température .

     3 décembre

   Nous sommes en alerte maximum à Timimoun, à 8h 35 c'est au tour de la 1er compagnie du lieutenant Subregis et à 10h 10, la 2e du lieutenant Douceur . Grillot dit « Georges » sautent à Bou-Krelala avec des blessés au sol dont le lieutenant Douceur qui se fait une talonnade. Notre chef de peloton l'aspirant Svekolkine nous donne des nouvelles de l'opération en cours, à 9H 25, Bigeard et son PC se posent en JU 52 , puis  à partir de 11 heures, arrivent les 6 Sikorsky de Brunet et les 3 Piper. Les tentes se dressent autour du PC, les JU52 remportent les parachutes.
    15 heures un piper cherche des traces de rebelles et repère des Bédouins avec des chameaux, quelques uns seront héliportés, escortés  par un groupe de la 4e au PC pour renseignements
    18 heures, les Ju52 feront la navette et transporteront 18 tonnes de matériel dont 15 tonnes de carburant  pour les hélicoptères de Brunet.
     La compagnie portée de la Légion Étrangère à 200 kms au sud piège quelques rebelles dans une embuscade et récupère le corps d'un des  pétroliers assassinés.

    4 décembre 1957

    7h 50 l'arrivé des T6 en protection du Piper à la recherche de traces aux environ du puits d'Hassi-Mansour. 8H35, Piper signale des traces au puits de Mansour à 50 kilomètres de ma base; Je suis au terrain avec l'Escadron, les faisceaux sont formés, nous allons aux parachutes et retournons à nos emplacements, nous mangeons sur place, ordre de faire le complément des bidons et de ne pas y toucher, vérification du matériel dans les moindres détails.
    Un dernier briefing des chefs de pelotons avec le capitaine Calès. Cet après-midi nous sautons sur Hassi-Mansour, le temps passe, les nerfs sont mis à rude épreuve, pleins de questions viennent alimenter la conversation du groupe.

    14 heures: nous sommes équipés et montons dans le Nord 2501, les moteurs tournent à plein régime dans un nuage de poussière. C'est parti, nous décollons, à 14h 25, je suis à la verticale de Hassi-Mansour, les avions tournent au-dessus et attendent l'ordre de largage de Bigeard.
    15H 45, je saute avec le FM dans sa gaine de jambe,  altitude 400 mètres à 10 kilomètres du puits, sur un terrain sablonneux mais ferme.
     J'arrive sur une portion de sable mou assez balloté par un petit courant d'air dans un roulé-boulé parfait, la gaine larguée  à 50 mètres avant le sol, j'ai le temps de bien admirer l'étendue du  Sahara à perte de vue avec des arbustes dans les creux des dunes, toutes ces coupoles de parachutes qui se balancent donne une impression irréelle de planer, par-contre il y a des cassés au sol, des courant d'air font tanguer les paras dangereusement.
      Mon camarade Daniel Belot devenus voltigeur, se trouve pris dans un mouvement d'oscillation tel qu'il ne peut maîtriser sa voilure , il se retrouve au sol dans un mouvement pendulaire terrible, il arrive sur le dos avec le bras droit retourné et se pète le poignet; Il se retrouve manchot et son chef de section décide de le rapatrier avec les éclopés, il fait la gueule, son chef aussi. Il sera évacué par hélico et de là, via l'hôpital d'Alger. Pour lui Timimoun est terminé
   Nous laissons nos parachutes sur place, regroupés, nous commençons notre progression pour parfaire le bouclage d'un repère rebelle signalé par le Piper. La 1er de Subrégis est héliportée, le bouclage se précise. Nous avançons en ligne et faisons jonction avec la 1er compagnie de Subregis. Les dunes  succèdent aux dunes, un gros effort pour la remontée et se demander si un fell n'est pas caché au pied d'un arbuste pouvant me flinguer sans problème.
    Le Fusil-Mitrailleur est lourd, le frottement de l'arme sur le tissu avec le sable collé à la sueur, fait abrasif sur l'épaule, heureusement j'ai presque de la corne sur le cou à force d'avoir l'arme en contact avec la peau. Vers 17 heures un important dépôt de ravitaillement, d'eau et d'habits est découvert, on y met le feu.. Nous marchons jusqu'au soir en liaison avec la 1èr compagnie, nous bivouaquons à l'abri des dunes, embuscade générale.

    5 décembre 1957

   Le réveil est glacial, j'ai mis de l'eau à refroidir dans le casque elle est gelée, une couche de glace brille à la surface, quelques pas pour me dégourdir les membres, un oiseau posé à côté de moi a des difficultés pour s'envoler, j'aurais pu l'attraper. Un café froid avec une pâte de fruit, nous repartons pour le même travail, le Piper nous survole. Le capitaine Chabanne n'a pas eu la chance de faire sauter sa compagnie, il quitte l'alerte aéroportée de Timimoun.
    Toute la journée sera faite de fouilles en marchant en parallèle de l'autre compagnie, j'enlève régulièrement mes pataugas afin de secouer le sable qui s'accumule au bout de la chaussure. Décor invariable avec le soleil qui plombe les paras
 la température avoisine les 40° dans les creux de dunes, toute l'équipe tient le choc.
    Le capitaine Pétot du 2ème bureau se rend en hélico à Ouskir pour ramener et interroger des prisonniers. C'est la 2ème compagnie du capitaine Planet qui prend le relais de Chabanne ce dernier rejoint le poste de Kerzaz.
    Mon 4ème peloton marche comme un seul homme, nous sommes tous aguerris et blindés contre la chaleur et la soif, le soir arrive sans rien de nouveau. Nous avons marché en direction de Hassi-Mansour et dormons dans les dunes sans pouvoir faire du feu, la boite de ration se termine et demain reste un mystère pour l'eau et le ravitaillement.

    6 décembre 1957

    La 1er compagnie du lieutenant Subregis continue sa progression vers le nord, un groupe de la 4e compagnie est héliporté sur une importante caravane. Encore un hélico en panne dans la nature et des paras envoyés pour la protection.
    Le convoi d'essence protégé par une surveillance aérienne plusieurs fois par jour, arrive à Bou-Krélala.

    7 décembre

    Nous avons des coups de barre, le séjour prolongé en marche incessante commence à agir sur l'organisme, même les aviateurs qui ont triplé les heures de vol, les hélicos paumés dans le désert et ce sable omniprésent détériorant les mécanismes. A Bou-Krélala une chanson faite pour la circonstance ce fredonne « siko siko par-ci, siko siko par-là! » sur l'air de Tico-Tico chanté à l'époque.
  5 heures du matin, nous faisons route vers le puits de Belguezza, le capitaine Calès en tête, cela fait 6h 30 que nous marchons la chaleur est omniprésente en ce mois de décembre.

    Un Piper signale une silhouette caché sous un arbuste au sommet d'une dune pas loin du puits de Hassi-Ali, à 100 km de Bigeard, c'est un « chouf » (guetteur). La conclusion est faite sachant que les arbustes ne poussent pas en haut des dunes: c'est la faille !.
    La grosse erreur commise par les fells va leur coûter cher !.D'un coup d'hélico « BRUNO » avec un PC léger nous rejoint au puits de Belguezza.
    13 h 45: Bigeard fait venir des hélicos bourrés de fûts d'essence de 200 litres, pour notre héliportage sur la zone suspecte.
    14H30, la compagnie de Planet,  décolle de Timimoun et se met à la verticale de Hassi-Belguezza attendant l'ordre de « Bruno » pour sauter
    15 heures: après un briefing minutieux, nous grimpons dans les Sikorsky,  nous sommes gonflés à fond l'adrénaline se répand dans le corps, les armes sont prêtes, nous savons que le risque d'un posé en plein sur l'ennemi est grand. Notre groupe dans un nuage de poussière saute en urgence. Les fells sont là, ils nous tirent dessus, les balles passent en sifflant leurs chanson de mort, je galope comme un dingue en tirant au fusil-mitrailleur, les rafales de mon arme me stoppent dans mon élan, d'autres hélicos arrivent. « Bruno 4 à Bruno, les fells me tirent dessus j'ai un tué et deux blessés ! » « OK Bruno 4, je fais parachuter Planet un peu à votre nord! ».
    Écrasé au sol, je laisse passer la voltige qui balance des grenades à fusil sur les rebelles retardateurs pendant que le reste de la bande se sauve, nous les neutralisons.
    Planet a sauté en plein sur la bande, accrochage d'emblée, Bruno se fait héliporté à côté du capitaine Planet, la bataille fait rage les grenades à fusil font merveille, la chasse straffe sans arrêt, les balles sifflent de partout, les paras s'offrent un combat digne de ce nom!.
   En fin de journée le deuxième peloton du lieutenant Pacaud est héliporté au nord de l'Escadron pour prêter main forte au nettoyage des felouzes encore planqués, blessés ou simulant la mort. Les équipes de voltige du 2e peloton recherche les armes , Francis Decker fouille le creux d'une dune ou les arbustes sont autant de cache, et soudain se dresse devant lui à 5 mètres, un déserteur armé d'un fusil, Francis avec sa MAT 49  fait face. Les armes sont prêtent à tuer, ils se mesurent du regard, pas un ne baisse les yeux, Francis appui sur la détente..rien? sa MAT s'est enrayée, il pense à la dernière seconde de sa vie, le déserteur tout jeune lui aussi à un moment d'hésitation, puis laisse tomber son fusil et lève les mains. Il ne s'était pas aperçu que l'arme qui le menaçait était hors service. On appelle çà la  « baraqua » !.
   Sur un flanc de dune le deuxième peloton du lieutenant Lefevre dit le grand « Bill », est rassemblé. Au fond d'un creux de dune caché dans une touffe d'arbuste, un felouze déserteur, blessé qui a dû faire le mort, pointe son fusil armé sur les silhouettes qui apparaissent dans le déclin du jour. Il tire en direction des paras dont les contours s'estompent dans le couché du soleil.. le projectile frappe Antrowiac, travers son épaule et touche en plein cœur Rougier, qui meurt sur le coup.
Pour lui la piste s'arrête là.
   La nuit tombe sur ce dernier corps à corps, cet ultime  combat dont tous paras ayant à confronter son courage devant l'ennemi y a pensé un jour. Le soir tombe sur le désert dans un silence impressionnant . Champ de bataille historique des paras du 3e R.P.C.!. 45 rebelles anéantis, 6 prisonniers, 2 fusils-mitrailleur, 60 armes de guerre, 13 tonnes de vivres, 70 chameaux, ceux de la compagnie méhariste déserteurs et assassins de leurs cadres, 800 kg de munitions et des documents. Malheureusement nous comptons nos pertes: 4 paras dont deux de notre Escadron et 6 blessés dont trois de notre compagnie.
   De notre assaut, 8 fells sacrifiés, ont permis à la bande de déserteurs de courir sur la compagnie Planet et de finir de la mort inéluctable dont ils connaissaient l'issu fatal.
  Les chameaux seront abattus faute de pouvoir les ramener, les prisonniers déserteurs après interrogatoire seront fusillés.

                  8 décembre

   Après une nuit dans les dune du Grand Erg, nous continuons la fouille et rejoignons le reste de la compagnie, les cadavres sont rassemblés pour le décompte. Une épopée se termine. Le Grand Erg Occidental n'a plus de secret pour moi.

    Dans son livre « Aucune bête au monde » dédié au sergent/chef Sentenac, il écrit en légende sous de belle photos:
    Un jour, on nous donna le désert pour combattre...
    Sous les palmes, dans ce paysage d'Évangile, il nous fallut nettoyer nos armes que le sable enrayait et se préparer encore une fois à combattre et à tuer...
   
    Il nous sembla alors que nous avions trouvé dans ce dépouillement et cette solitude, dans la soif et dans la faim, cet ennemi que nous poursuivions depuis longtemps: nous-mêmes, notre peur et ce corps qui se rappelait soudain à nous pour exiger des fruits juteux, des filles accueillantes, des lits profonds et une vie confortable...
     Il nous fallut mesurer l'eau... et compter nos cigarettes...Ainsi, nous avons connu le prix d'une gorgée de boue tiède, la saveur d'une bouffée de « gris »... et la force de notre amitié, car nous avons tout partagé, la dernière goutte d'eau et la dernière cigarette.

    Nous avons considéré nos ombres dérisoires...
   Accroupis sur la crête des dunes, nous avons écouté siffler le vent, siffler les balles...
   Nous avons cru souvent tirer sur des mirages, nés des reflets aveuglants du désert...
    Pour croire qu'ils étaient des hommes comme nous, rongés par le même soleil, dévorés par la même soif, il fallut nous pencher sur leurs cadavres...
    Le grand vent du Sahara effacera demain les traces de nos pas. Il déplacera les dunes, ensevelissant pêle-mêle les douilles vides, les boites rouillées et les armes perdues, et jusqu'au souvenir de ce combat...
                             
                                   Bruno.

    Bigeard reçoit les compliments des généraux Massu et Salan qui rendent hommage à ses remarquables talents de commandant. De lieutenant-colonel, il est promu colonel à 41 ans, ce qui fait de lui le plus jeune colonel de l'armée de terre.   
   
   .
avatar
prigent
3° RPC
3° RPC

Messages : 80
Points : 2960
Date d'inscription : 25/06/2018
Age : 82

https://http//blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

La bataille de Timimoun avec le 3e RPC de Bigeard :: Commentaires

avatar

Message le Mer 18 Juil 2018 - 17:13 par béret bleu



Merci pour ce récit vécu.
je me permet de mettre ici une carte situant Timimoun.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 18 Juil 2018 - 17:30 par LANG

Magnifique.
Merci prigent.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 18 Juil 2018 - 19:31 par prigent

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 18 Juil 2018 - 19:46 par prigent

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
De Timimoun en passant par Zouiet el Debahr, Bou Krélala, saut sur Hassi Mansour et assaut héliporté sur le puit de Hassi Ali !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Les déserteurs marchent vers leur destin final


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Et aussi plein d'aventures dans cette opération de plus d'un mois, je n'avais pas mon appareil photo !!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 18 Juil 2018 - 20:30 par rangers

bonjour
parmi les clichés il y en a de tragiques.
lorsque le moment est venu de faire le bilan d'une opération, !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 18 Juil 2018 - 22:31 par Blu

"...Le grand vent du Sahara effacera demain les traces de nos pas. Il déplacera les dunes, ensevelissant pêle-mêle les douilles vides, les boites rouillées et les armes perdues, et jusqu'au souvenir de ce combat... "

Et, un jour, quand le grand vent s'éveillera, il soulèvera le sable et quelqu'un retrouvera pêle-mêle tous ces souvenirs rutilants...
Mais il faut savoir attendre.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 20 Juil 2018 - 18:28 par LANG

"Un jour, on nous donna le désert pour combattre..."
Pardonnez-moi, mais je ne me lasse pas de relire cet article de prigent.
Alors, je le remets à la "UNE" !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 20 Juil 2018 - 19:33 par prigent

Je vous remercie de votre intérêt sur ce post!! j'en ai encore 25 peut-être pas aussi captivant ??

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 20 Juil 2018 - 19:45 par LANG

Alors voila une très bonne nouvelle !
Je suis persuadé qu'ils seront tous aussi "vivants".

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 28 Juil 2018 - 21:31 par LANG

J'avais oublié un détail.
Un détail que chaque parachutiste aura remarqué :

"Alors que la 4e compagnie du lieutenant Douceur trépigne aux pieds des Nord 2501 à Timimoun, pour un embarquement rapide. La difficulté du saut sur les rebelles oblige à avoir l'arme prête à tirer, de ce fait le lieutenant Douceur, décide de supprimer le ventral et avoir à la place l'arme dans le sac à la place du ventral pour un saut à 180 mètres d'altitude et les Nord Atlas serons aile dans aile pour avoir un regroupement maximum afin d'avoir le temps de sortir le PM  et tirer aussitôt au sol ..."

Un détail qui a une certaine importance...
C'est vrai, c'est logique, avec 180 mètres on a pas trop besoin d'un ventral; mais quand même...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 29 Juil 2018 - 8:16 par AMARANTE

Loin du monde civilisé pour encore plusieurs jours je tiens a vous remercier pour ces échanges constructifs.
Bien a vous tous

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 29 Juil 2018 - 21:38 par LANG

Merci AMARANTE pour votre clin d'oeil...


Ce saut à 150 mètres dont parle prigent m’a fait rechercher ce qui se disait sur les sauts opérationnels.
Je suis tombé par hasard sur un article concernant le décès d’un Chasseur du 1er RCP au Mali le 18 juin 2017 à l’issue d’un saut de ce type.
Un commentaire lu sur le site « Secret Défense » de Jean Dominique Merchet (juin 2017) m’a semblé pouvoir être mis sur le forum.
Aux spécialistes de nous dire s’il correspond bien à ce qui se passe aujourd’hui…

Commentaire (juin 2017) :
Observation technique
"Un spécialiste nous confie que « le poids sous élingue maximum avec tout l’équipement et la plus faible portance des parachutes en zone chaude » compliquent les sauts dans cette région du monde. Après les accidents de la passe de Salvador, « les procédures de saut en automatique avaient d’ailleurs évoluées »."
Remarquons que, lors du saut en automatique à faible hauteur et voile hémisphérique, le sautant (le para) possède une gaine qu'il libère avant de toucher terre (6 mètres de longueur pour cette corde de délestage). Le para n'atterrit donc pas en principe avec sa charge lourde (gaine à 50 kg environ).
Mais dans l'équation des « décélérateurs » aérodynamiques de type voile ronde la densité de l'air intervient dans le calcul du taux de descente. Plus la voile (en fait sa projection sur un plan horizontal) est petite plus la vitesse est importante. Donc sauter avec une voile de 74 m2 comme le 696/26 aérazur par temps très chaud (air peu porteur) la vitesse sera élevée. L'énergie cinétique d'impact est réduite lorsque la DZ (ZS zone de saut) est souple et herbeuse. Par temps très chaud avec une petite voile sur une zone dure la position apprise à l'ETAP pour atterrir est vitale.

Solution : on saute la nuit (air plus porteur et moins de thermiques) et on peut ouvrir le ventral (parachute de secours) pour augmenter sa traînée et donc augmenter la surface de son « décélérateur » aérodynamique.

Le problème est quand on saute à 150 mètres de hauteur on a peu de temps pour bien ouvrir son ventral.

la position d'atterrissage est vitale. Il faut donc entraîner au saut souvent nos paras.

Problème : peu d'avions et nos paras soutiennent l'opération Sentinelle.

Combien de sauts d'entraînement et de manœuvre font nos soldats ? Le problème est peut-être là. En automatique un minimum de 10 sauts par an serait indispensable.

Nota : la surface utile d'une voile ronde comme le 696/26 est de 37 m2. Il y en plus 4 fenêtres.

La non disponibilité pour le largage para par les 2 portes latérales de l'A400M est un réel handicap qui explique en partie le manque d'avions largueurs.

NDLR : j'ignore ce que lon entend par  "décélérateur" !
J'aime bien : "sur une zone dure la position apprise à l'ETAP pour atterrir est vitale. (Simple remarque d'un ancien moniteur !)."

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 30 Juil 2018 - 8:44 par prigent

C'est un miracle que tous arrivèrent au sol sans trop de bobo, sauf ceux qui rencontrèrent la partie dur de la dune de sable qui ressemble à du ciment, et puis comment faire quand l'ennemi te tire dessus, certains même ont tiré avant la rencontre avec le sol !!

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum