Le colonel Bigeard nous quitte ...................

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

25072018

Message 

Le colonel Bigeard nous quitte ...................




CHAPITRE 26



             Le  Colonel  BIGEARD  nous quitte.


        Le journaliste Fernand Carreras du  journal d'Alger,  fera paraître un reportage intitulé: «LE DJEBEL ROYAUME DU 3e REGIMENT DE PARACHUTISTES COLONIAUX »

   Pendant ce temps à Paris c'est la valse des gouvernements de la IV République, ils se succèdent sans retrouver une certaine stabilité; la question algérienne semble insoluble. Convoqué à Alger par le général Gilles, le colonel Bigeard doit céder sa place au colonel Trinquier, ce dernier attaché à l'état-major de Massu et gérant quelques intrigues politicienne.
  Les journalistes qui suivent les évènements de prés se perdent  en conjonctures sur ce brusque départ du Patron, l'un d'eux dira  « qu'il fait peur à la hiérarchie »
     Je me doutais bien que le moment venu, il aurait fallu qu'il passe la main à un autre, malgré tout la nouvelle tombe comme  un coup de poing. Que se passe-t-il? Pourquoi maintenant ? Qui est le nouveau « patron »? Que de questions a laquelle nous discutons dans le peloton.
     Durant cette série d'opérations qui nous mènent comme un tourbillon d'avant la tempête, dans la neige des djebels au sable du désert, de Negrine à Bir el  Ater, de Chéria à Djeurf.
    Les montés en échelon de nos chefs: le sergent/chef Rebouillet est passé adjudant, le sergent Veler, sergent/chef, le sergent Boudiou, chef également. Vers la fin du mois de mars 1958, le jeudi 20, tout le monde en tenue de sport. Avec cousu dans le dos du survêtement le sigle de notre unité: E.J.A.(escadron de jeeps armées), nous allons défiler devant l'ancien est le nouveau patron du « 3 , le colonel Trinquier ce dernier un guerrier qui a fait toute l'Asie , en poste en Chine, il en a presque pris le profil asiatique.

   Nous sommes en place sur le terrain de sport le régiment au complet. Ils arrivent dans une Peugeot 203, puis nous passe en revue, le colonel Bigeard nous fait un bilan du travail effectué par le régiment durant son temps sous ses ordres. Une impression un peu incrédule flotte sur les visages de nos supérieurs, beaucoup depuis trente mois comme moi sont restaient fidèles à notre patron et à notre régiment, un peu ma seconde famille sans exagérer le mot. Je sent a sa voix qu'il en a gros sur le cœur mais ne laisse rien paraître, après l'accolade avec le colonel Trinquier, nous défilons en tenue de sport en chantons à pleins poumons « Les compagnons ».

   La veille , le colonel Bigeard a fait le tour des compagnies pour nous faire ses adieux .  
   Le cantonnement méticuleusement nettoyé, Bigeard et Trinquier passent dans toutes les tentes de  l'Escadron. Aux pieds de nos lit nous sommes alignés et répétons la leçon apprise, présentation: Nom, ancienneté, grade, c'est instant est solennel, c'est la première fois que je suis face à face avec lui, de ses 1m 80, il a un petit sourire en me regardant. Ouf ! Çà impressionne. Quand il passe devant Devauchelle, celui-ci se présente: «  Devauchelle, 7 ans d'armée, deuxième classe !», Bigeard se tourne vers le capitaine Calès est dit: «  mettez le 1er classe au moins ! »
  L'après-midi une fois la visite finie, je fais moniteur de conduite sur jeep pour les nouveaux venus, car nous manquons de chauffeurs à l'Escadron.
.
   Dimanche 23 mars

    Je suis réveillé à 6 heure par le sergent, lavé, rasé, cheveux net, je met ma tenue de sortie avec décorations : Croix de la Valeur Militaire, Commémorative  d'Algérie, Commémorative du Moyen-Orient, et partons le 4e et le 1er peloton  au complet pour l'aérodrome de Tebessa. Nous devons faire un présentez-arme au colonel Bigeard. Tout les officiers sont là en grande tenue, notre nouveau patron le colonel Trinquier, marche à côté de Bruno et nous passe en revue d'un pas lent,  comme navré de nous quitter. Et très vite c'est fini, tout le monde repart  comme avec un peu d'inquiétude dans le regard, qu'allons nous découvrir avec ce nouveau patron ?
   Bigeard partira accompagné de son fidèle commandant Lenoir, pour la base de Sidi-Ferruch via la France et sa Lorraine.
   Nous sommes autorisés de prendre un pot au foyer de la Territoriale de Tebessa, il est 11 heures, nous avons deux jours de répit, en attendant la reprise des opés.
       Le colonel Bigeard raconte  dans son livre:                                             J'ai mal, très mal...
Que vais-je devenir sans ces léopards qui me sont plus proches que ma famille.

     Dans un dernier ordre du jour,Bigeard écrit:
   Je vous quitte...la vie est ainsi faite...On a toujours très mal lorsqu'on perd un être cher. Inutile d'épiloguer, vous savez la place que vous occupez dans mon âme et dans mon cœur. Vous étiez ma vie, ma joie , mes espoirs. Tournons la page. Le 3e R.P.C. A été, il est et il demeurera. Le régiment, dans une ambiance de jeunesse, de rendement, de parfaite camaraderie, a fait beaucoup.
   Sans perdre une seul arme, il a obtenu les résultats les plus brillants: Mille six cents rebelles tués, mille six cents prisonniers, mille neuf cents vingt armes saisies dont neuf cents vingt de guerre. Il a effectué le cycle complet de ce qu'on peut demander à une unité en A.F.N. Il a été le premier à lancer les hélicoptères. Il a été le premier à lancer la lutte contre le terrorisme urbain. Il a su s'adapter toujours très vite aux multiples missions qui lui ont été confiées...
   Tout cela réalisé sans bavure aucune, proprement, honnêtement...Soixante-seize de vos camarades ont été tués, deux cents vingt ont été blessés. Que leur sacrifices ne soit pas vain. Où que nous soyons, restons digne d'eux. Que Dieu vous aide et vous garde.
avatar
prigent
3° RPC
3° RPC

Messages : 80
Points : 2330
Date d'inscription : 25/06/2018
Age : 81

https://http//blogdegustave-3rpc.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Le colonel Bigeard nous quitte ................... :: Commentaires

avatar

Message le Jeu 26 Juil 2018 - 18:02 par REV

Un départ dur à accepter. Personne ne pouvait vraiment remplacer Bigeard.
On comprend la tristesse qui s'est abattue...

Un éclairage complémentaire donné il y a quelques temps par rangers :
https://www.camps-parachutistes.org/t327-portrait-du-colonel-bigeard-au-moment-ou-il-quitte-le-commandement-de-son-regiment-3-r-p-c-en-algerie

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum