Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
» Chronique de la Guerre d'Algérie
Aujourd'hui à 16:15 par Vent du sud

» C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)
Aujourd'hui à 10:21 par BriseLance13

» J’ai survécu à un saut en parachute qui a mal tourné
Aujourd'hui à 10:04 par LANG

» Le fardier d’UNAC pour les forces spéciales et la brigade parachutiste françaises
Aujourd'hui à 6:43 par tailliez

» Un armistice trop précoce ?
Hier à 18:16 par bretivert

» Les BOUGIES saison 10
Hier à 18:12 par anchorage

» éphéméride 13 Novembre
Lun 12 Nov 2018 - 22:25 par la Géline

» un 11 novembre
Lun 12 Nov 2018 - 21:54 par Invité

» recherche insigne du 1°RPIMa
Lun 12 Nov 2018 - 17:04 par Invité

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


Le saviez-vous ? la brigade parachutiste 305 de l'armée nord-vietnamienne.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

26082018

Message 

Le saviez-vous ? la brigade parachutiste 305 de l'armée nord-vietnamienne.




Histoire (insolite !) de la brigade parachutiste 305 de l'armée nord-vietnamienne.
(Repris d’un blog : offensivedutet)



La brigade 305 a été la seule unité parachutiste de l'armée Nord-Vietnamienne. Son existence a été très courte puisqu'elle naît en 1961 et disparaît 7 ans plus tard, dans la guerre contre les Etats-Unis.

Début 1961, Nguyen Nam Khanh et le lieutenant-colonel Nguyen Chi Diem rencontrent l'adjoint au chef d'état-major, Le Trong Tan, pour se voir attribuer une nouvelle mission. Il s'agit de créer une unité parachutiste pour défendre le Nord-Viêtnam et soutenir la guerre au sud. Les préparatifs de création de la brigade commencent en 1958 : des douzaines de volontaires sont sélectionnés par l'Institut Médical militaire 108 de Hanoï et envoyés en Chine pour s'entraîner. Khanh a été le premier commissaire politique de la brigade 305. Les officiers sont des vétérans de la guerre d'Indochine ou de la guérilla au Sud-Viêtnam.

41 soldats vietnamiens sont envoyés sur une base aérienne du Henan, en Chine, dès mars 1959, dans le plus grand secret. Ils prennent le train à Lang Son. En Chine, le groupe est rebaptisé "équipe du Hunan" et intégré à la division 2721.
Pour tester les Vietnamiens, les Chinois font sauter depuis un ballon, à 400 m d'altitude, des femmes parachutistes, puis demandent à un des Vietnamiens de faire de même.
La première période d'entraînement dure de mars à octobre 1959, et la seconde d'août 1960 à février 1961. Encadrés par 10 Chinois, les Vietnamiens apprennent à sauter correctement à partir de 1,50 m, 3 m puis d'une tour métallique de 9 m. Puis ils s'entraînent à sauter avec le vent, comme à la porte d'un appareil, et d'une tour de 40 m de haut. Ils sautent ensuite d'un ballon à 400-500 m d'altitude, et enfin d'un avion Antonov-2. A la fin de l'entraînement, les Chinois offrent aux Vietnamiens des parachutes et des armes.
De retour à l'aérodrome de Gia Loi, à Hanoï, le 5 février 1961, l'équipe est mobilisée pour parachuter des armes, des vivres et des munitions au Laos, à destination des soldats vietnamiens et du Pathet Lao qui combattent sur place. L'URSS fournit 10 Li-2, la copie du C-47/DC-3 américain.
Chaque para dissimule deux couteaux dans ses manches et porte deux pistolets avec 24 balles. Pour éviter la détection par les radars américains, les appareils volent entre 300 et 500 m. Tous les vols ont lieu de nuit ou par mauvais temps la journée. Certains appareils s'écrasent dans les montagnes.
Pour former d'autres parachutistes, l'équipe est déplacée dans la province de Bac Giang, où des centres d'entraînement sont établis près des aérodromes de Kep, Chu et Buom. Les Soviétiques fournissent les parachutes, 5 instructeurs et des pilotes pour les avions. Les paras apprennent à sauter par tous les temps, sur des types différents de terrains.
En 1962, la brigade 305 comprend 1 400 hommes. Elle pratique des largages avec des mitrailleuses lourdes de 12,7 mm et des mortiers de 82 mm. A partir de 1964, la plus grande partie de l'effectif est versée dans les unités de sapeurs, troupes d'élite en pointe des attaques contre les Américains.
Pour piéger les appareils américains qui évoluent à basse altitude, les paras apprennent à utiliser des ballons pour créer des "champs de mines aéroportés" (*), d'après des films soviétiques de la Seconde Guerre mondiale. Des ballons peints en bleu, pour se confondre avec le ciel, sont remplis d'explosifs, et disposés entre 50 et 400 m d'altitude, sur les voies d'approche des avions américains, en particulier à l'ouest et au nord-est du pays. Les petits barrages comprennent de 200 à 300 ballons et les plus gros jusqu'à 700. Un premier appareil américain en aurait été victime en janvier 1967. Les Nord-Vietnamiens installent ensuite des mines Claymore dans les ballons pour augmenter leur efficacité.
Le 24 mars 1967, la brigade 205 est rattachée aux commandos et passe sous les ordres du colonel Nguyen Chi Diem. Un an plus tard, la formation contribue à l'offensive du Têt, alors que des bataillons nord-vietnamiens sont assiégés dans la citadelle de Hué. Pour larguer du ravitaillement, les avions décollent de Hanoï jusqu'à Thanh Hoa, puis font un crochet vers Tchepone, au Laos, avant de se diriger sur Hué. Le premier vol de ravitaillement décolle à 18h00, le 7 février 1968, avec 2 paras et 5 pilotes. Le Li-2 approche en zigzaguant de la citadelle de Hué, à 250 m d'altitude, pour repérer un triangle de 3 flammes et de bandes blanches installé par les défenseurs. L'avion fait des passes à 30-40 m d'altitude pour larguer le ravitaillement, pendant une heure si besoin.
Mais toutes les missions ne se déroulent pas aussi bien.
Lors d'un largage près d'un village à proximité de Khe Sanh, qui mobilise 4 Il-14 et Li-2 (le Li-2 est en tête, chacun des 3 Li-14 embarque 124 paras et 5 pilotes à 16 minutes derrière), le Li-2 de tête, qui doit dégager la zone de largage, se crashe, tuant tout son équipage.

La brigade est ensuite dissoute, en 1968.

(*) : c'est la première fois que j'entend parler de "champs de mines aéroportés" !
avatar
LANG
EXPERT
EXPERT

Messages : 495
Points : 12968
Date d'inscription : 21/12/2017
Age : 77

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Le saviez-vous ? la brigade parachutiste 305 de l'armée nord-vietnamienne. :: Commentaires

avatar

Message le Dim 26 Aoû 2018 - 19:12 par Marcelle DIOT

étonnant, pour ne pas dire détonnant ces champs de mines aéroportées.
peut-être pas plus que ces immense ballons au dessus des navires du débarquement de Normandie non ?

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum