Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Like/Tweet/+1
La Mémoire Parachutiste Militaire est importante, Merci de participer en postant des sujets ou en répondant à ceux existants. Nos Régiments actuels et les Militaires d'Aujourd'hui ne le sont pas moins, "les camps parachutistes" donne la parole aux deux.
Derniers sujets
» C'ETAIT IL Y A 100 ANS au jour le jour (ou à peu près)
Aujourd'hui à 21:22 par otosan

» Un armistice trop précoce ?
Aujourd'hui à 18:16 par bretivert

» Les BOUGIES saison 10
Aujourd'hui à 18:12 par anchorage

» éphéméride 13 Novembre
Hier à 22:25 par la Géline

» un 11 novembre
Hier à 21:54 par Invité

» recherche insigne du 1°RPIMa
Hier à 17:04 par Invité

» Témoignage de Christian BERNACHOT: Comment j'ai créé "La Prière de l'E.M.I.A."
Hier à 12:09 par LANG

» Chronique de la Guerre d'Algérie
Hier à 11:13 par Vent du sud

» éphéméride 11 Novembre
Sam 10 Nov 2018 - 22:22 par la Géline

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 


un 23 décembre

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

23122011

Message 

un 23 décembre




23 décembre 1847 :

Abd el-Kader se rend au général Lamoricière
Le 23 décembre 1847, l'émir ABD el KADER se rend au général Lamoricière. C'est la fin de toute résistance organisée à la conquête de l'Algérie par la France.

La situation devient difficile pour l’émir d’autant qu’il affronte les troupes de l’empereur.

Le 21 décembre, la situation se dégrade :

-Les deux frères de l’émir, Sidi-Mustapha et Sidi-Saïd, demandent l’aman au Général de Lamoricière,

-Abd El Kader fait franchir la Moulouïa à la deïra et sacrifie pour la protéger la moitié de son infanterie et de ses cavaliers les plus braves.

Arrivés sur le sol algérien, l’émir et la deïra traversent la plaine de Taïfa jusqu’au Kiss où se trouve la frontière française et où cesse la poursuite des troupes marocaines d’Abd-er-Rhaman. Abd-El-Kader conseille à tous de se rendre aux Français pendant qu’il part avec un petit détachement vers le Sahara.

Lamoricière tient le terrain jusqu’au col de Kerbous. Là se tient le lieutenant Mohammed-bou-Khouïa et son détachement de spahis.

Le 22 décembre, à 2h00 du matin, il pleut à torrent. Lamoricière se met en route avec un gros détachement. A mi-parcours, les représentants de la deïra viennent présenter leur soumission. En même temps, des coups de feu claquent entre les spahis et la faible troupe de l’émir. Mais l’échange ne dure pas et les spahis tiennent bon.

Deux spahis arrivent au galop pour rendre compte au général de la tentative d’Abd-El-Kader de forcer le col. Peu après, c’est Mohammed-bou-Khouïa qui se présente devant Lamoricière avec deux cavaliers de l’émir. « Abd-El-Kader fait demander l’aman pour lui-même et pour son escorte ; en manière de lettre de créance, ses envoyés apportent l’empreinte de son cachet sur un morceau de papier mouillé par la pluie. Lamoricière les renvoie aussitôt avec la promesse d’aman et, comme gage de sa parole, il fait porter par Mohammed-bou-Khouïa son propre sabre à l’émir… »

A l’aube, le colonel Cousin de Montauban part avec six escadrons pour chercher la deïra
« … autour de laquelle rôdent les Kabyles du voisinage… » et l’emmener au puits de Sidi-Bou-Djenane. Le colonel de Mac-Mahon s’y trouve avec un bataillon de zouaves et un bataillon du 9e de ligne.
Lamoricière y retrouve « … tous les chefs réguliers qui ont survécus au désastre du 21 décembre. Ils le supplient d’accorder deux jours de repos à la deïra encombrée de blessés, de vieillards, de femmes et d’enfants qui succombent de fatigue. Le général y consent et fait porter au colonel de Mac-Mahon l’ordre de prendre son bivouac, non plus à Sidi-bou-Djenane mais aux environs du campement arabe. On sait alors que la deïra comprend encore près de six cents tentes avec une population de cinq à six mille âmes… »

Mohammed-bou-Khouïa revient et restitue le sabre au général accompagné d’une lettre d’Abd-El-Kader. « … J’ai reçu le cachet et le sabre que tu m’as fait remettre comme signe que tu avais reçu le blanc-seing que je t’avais envoyé ; l’obscurité de la nuit m’avait empêché de t’écrire. Cette réponse de ta part m’a causé de la joie et du contentement. Cependant, je désire que tu m’envoies une parole française qui ne puisse être ni diminuée ni changée et qui me garantira que vous me ferez transporter soit à Alexandrie soit à Akka (Saint-Jean d’Acre) mais pas autre part… »

Lamoricière pense être en mesure de croire et d’accorder ce que demande Abd El Kader et lui répond en ce sens.
Le rendez-vous est fixé au 23 septembre et au marabout de Sidi-Brahim.

« Le 23 décembre 1847, suivi de quelques serviteurs, Abd-El-Kader traversais le Kiss pour suivre le même chemin qui l’avait conduit à la facile victoire du Kerkour. Arrivé sur le plateau de Sidi-Brahim, sur l’emplacement même du bivouac des chasseurs, au pied du seul palmier de la région, l’Emir s’arrêta cherchant inutilement du regard le général Lamoricière, « le seul chef, disait-il, auquel il consentait à remettre son épée » et, attendit fièrement l’arrivée des deux escadrons de chasseurs d’Afrique que le général avait envoyés pour le recevoir pendant qu’il présidait lui-même à l’internement de la Deïra. »

« Le général Lamoricière, qui voulait présider par lui-même à l’internement de la deïra, s’était porté, avec son infanterie, vers le Kis, où se trouvait cette deïra, et avait laissé sa cavalerie sur le plateau de Sidi-Brahim. »
« En l’absence du général, le colonel de Montauban reçut l’Emir, qui passa sur le front des escadrons »

Pourtant, ce matin là, « Accablé de tristesse mais plein de dignité, l’Emir passa devant le front des escadrons et se rendit lui et les siens au colonel Cousin de Montauban. » Abd El Kader est accompagné Mustapha-Ben-Tami, de Cadour-ben-Hallal ainsi que de quelques autres chefs fidèles et du lieutenant Mohammed-bou-Khouïa.
L’émir demande au colonel de pouvoir faire la 4e prière de la journée (El Asr) au marabout. Cousin de Montauban l’autorise sans difficulté.

Dirigé sur Nemours, Abd-El-Kader traversa le champ de bataille de Sidi-Brahim.
«Arrivés au pied du marabout... » « ... les officiers mirent sabre à la main, les chasseurs portèrent les armes, les clairons sonnèrent aux champs, nos fanions s'inclinèrent. "Qu'est cela, dit l'émir ? " On lui répondit : " C'est l'hommage rendu au courage des nôtres, le jour où Dieu te donna la victoire. " De là à Nemours, l'émir ne dit plus un mot... »

L’émir « sous l’escorte de quelques chasseurs d’Afrique, arriva le soir à Nemours, où sa famille l’attendait déjà, et où le général Lamoricière arrivait en même temps que lui, escorté par les cavaliers réguliers qui venaient de se rendre… »

« A peine rentré, le général de Lamoricière alla rendre visite à l’Emir, qui lui fit présent de son yatagan. »
Abd-El-Kader passe sa dernière nuit sur le sol algérien à Djemmaa-Ghazaouet.
Zohra Maldji-Salah précise que l’Emir se reposa dans la partie gauche du pavillon du Commandant d’Armes. Un panneau est resté longtemps sur la villa pour rappeler l’histoire mais il a disparu depuis.

avatar
phillou
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum