Sauts à PHILIPPEVILLE

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

24122011

Message 

Sauts à PHILIPPEVILLE




Entre la mer et VALéE, derrière les dunes de JEANNE-D'ARC et le camp PEHAU, il y avait une zone en friche que les familles apelaient le TIR-AUX-PIGEONS, et que nous, les enfants, nous appelions LA-PLAINE. Car souvent le dimanche, pour ceux qui pouvaient sortir en voiture, c'était un lieu de promenade et de retrouvaille entre familles, un terrain de jeu pour les plus jeunes. Le lundi de Pâques on y célêbrait la SAINT-COUFFIN et les lieux étaient particulièement fréquentés à cette occasion. Le creux d'un vallon proche de la petite route, qui menait en gros de l'aérodrome de Valée à la piscine de Jeanne-d'Arc, servait de cible pour l'entraînement des parachutistes. Une grande croix y était plaquée au sol. Les avions larguaient les parachutistes qui atterrissaient pour la plupart dans un roulé-boulé qui impressionnait les enfants car le para se retrouvait instantanément sur ses jambes, entraîné par son élan. Mais il y avait les moniteurs qui se posaient sur leurs jambes à peine fléchies, dans un bruit sec et sourd : taf ! On était attentif à cette éventualité et admiratif quand elle se produisait.
En fin d'après-midi les familles pliaient bagage et s'en retournaient vers la ville, satisfaites d'avoir au moins profité d'un peu de la campagne, malgré la guerre, dans ce secteur protégé par les camps et les circulations de l'armée.

MATHIOT M.
avatar
MATHIOT Michel

Messages : 18
Points : 24376
Date d'inscription : 21/12/2011
Age : 67

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Sauts à PHILIPPEVILLE :: Commentaires

avatar

Message le Mer 28 Déc 2011 - 18:51 par gervez alexis

Je cite " entre la mer .....et le camps Péhaut" il y avait un pont métallique qui traversait un oued ,oued ou nous avions jeté tant de grenades ,OF, AF et surtout des MK2 Américaines à trois secondes avant explosion que j'ai enttendu dire que le pont en question c'était effondré quelques années après ,peut-tu me confirmer ? Et entre le pont et le camp ,il y avait le bar "La Caravelle" si ma mémoire est bonne ,bar ou nous allions faire la java quand le Régiment était à Péhaut ,et les kilométres de plage !!!dont nous n'avons pas beaucoup profiter . La DZ contre,géniale ,la mer d'un côté,les dunes de sable de l'autre avec sa mechta entourée de figues de barbarie (aî) et sa ligneélectrique à haute tension . C'était ou les figues de barbarie !!! ou la mer ,une foi ,la ligne à haute tension pour l'un des notres .
______________________
Para un jour,Para toujours

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 28 Déc 2011 - 19:19 par MATHIOT Michel

Bonsoir,

Effectivement il s'agit du pont qui enjambe l'embouchure de l'oued saf-saf, à la sortie de la ville. Je me souviens plutôt du nouveau pont construit à côté, du fait de mon âge (je suis né en 50). mais l'ancien était toujours en place tout en étant désaffecté. Il n'était pas entièrement effondré. Je crois que c'était une crue de l'oued qui l'avait endomagé. Pourquoi ces grenades dans l'Oued. Je ne me souviens plus de la Caravelle car ce n'était pas de mon âge. Si en plus le bar était situé entre la piscine et le camp, nous allions plus rarement par là. Tes souvenirs de sauts - plus réaliste et plus justes - complètement utilement mes souvenirs d'enfant, forcément plus poétiques.

Bonne fin d'année.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 28 Déc 2011 - 19:52 par gervez alexis

Les grenades,c'était pour pêcher ,mais nous n'avons jamais rien pris,mais les US /MK2 (trois secondes) avant l'explosion,c'était pour apprendre à planquer ses miches très rapidement,car en plus ,on attendait une fois dégoupillée avant de la lancer dans l'oued et de s'applatir au sol ,c'était complètement idiot ,mais à 20 ans !!!!Pour le pont j'ai lu ça dans le journal 1968 ,donc après l'indépendance et mon départ à Tahiti .
______________________
Para un jour,Para toujours

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 29 Déc 2011 - 9:08 par MATHIOT Michel

Le journal de 68 relatait peut-être un effondrement ultérieur du deuxième pont dont je parle (?). C'est possible et à vérifier. Aujourd'hui tout le périmètre entre ce pont, la piscine, Valée est dans l'emprise de la SONATRACH (complexe pétrochimique). Pour aller à Jeanne d'Arc il faut passer par VALEE et arriver par une route perpendiculaire à la côte un peu avant la piscine. Pour arriver à VALEE on peut soit toujours partir du port, longer le pont en rsdtant sur la rive gauche du SAF-SAF et rejoindre lancienne zone industrielle, soit traverser la ville de part en part par les anciennes allées BARROT
Le lieu du pont et les grenades me font rappeler que quelqu'un m'a relaté qu'il y avait eu des exécutions sur ce pont le 20 août 55. Est-ce vrai ?

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum